La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

“2022 est historique mais sera la norme après 2050” : le bilan de l’été en une infographie

https://www.novethic.fr/fileadmin/new-normal-meteoo.jpg

Publié le 31 août 2022

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

L’été 2022 a été exceptionnel. Mais le bilan que vient de dresser Météo-France permet de mettre des chiffres sur ce que nous avons vécu, de le comparer aussi avec d’autres étés particulièrement chauds mais surtout d’imaginer ce qui nous attend à l’avenir, à l’aune du changement climatique. Les prévisionnistes sont formels, l’été 2022 deviendra la norme d’ici la moitié du siècle, en raison de la hausse des émissions de gaz à effet de serre.

Il a fait chaud, très chaud cet été sur tout le territoire métropolitain. La France a ainsi enregistré trois vagues de chaleur successives et a battu un record avec un total de 33 jours de canicule pour les mois de juin, juillet et août. C’est bien plus que lors de la canicule meurtrière de 2003 qui avait duré 22 jours, “même si la sévérité cumulée des épisodes de l’été 2022 reste nettement inférieure à celle de l’été 2003”, souligne Météo-France. L’organisme a dressé mardi 30 août le bilan d’un été qui a battu de nombreux records et qui est le plus chaud derrière celui de 2003 avec un écart de +2,3°C par rapport à la moyenne 1991-2020.

Dès le 16 juin, on mesurait plus de 40°C à Saint-Jean-de-Minervois (Hérault). Jamais auparavant une telle chaleur n’avait été observée si tôt dans la saison en France continentale. Les 40°C ont aussi été atteints en Finistère Nord, ce qui n’avait jamais non plus été mesuré dans cette zone. Dans le département, les écarts avec les records battus précédemment sont impressionnants et inédits : +5,8°C à Sibiril, +4,2°C à Lanmeur, +4,1°C à Brest. Les nuits tropicales sont elles aussi devenues la norme sur la Riviera. Depuis le 30 juin, Nice a ainsi connu 61 nuits tropicales consécutives où la température n’est pas descendue sous les 20°C.

Cet été se classe aussi parmi les dix étés les plus secs en France. Sur les trois mois d’été, le déficit pluviométrique a atteint les 25 % à l’échelle nationale, et les 85 % rien que pour le mois de juillet, un record là encore ! Une situation inédite qui n’avait de probabilité de se produire qu’une fois tous les 25 ans en moyenne. Cette sécheresse a concerné l’ensemble du territoire, gagnant en août une superficie plus généralisée qu’en 1976 et 2003.

Infog ete 2022

80% des Français subiront plus de 15 journées anormalement chaudes

Au-delà de ces nombreux records, Météo-France alerte sur le fait que cet été 2022, aujourd’hui qualifié d’exceptionnel, n’aura rien d’exceptionnel dans les années à venir. “Canicule, sécheresse, feux de forêts, orages violents … l’été 2022 a été marqué par des phénomènes météorologiques extrêmes exceptionnels. Il deviendra un été normal en France après 2050 dans un scénario de forte émission. Cet été hors norme aux conséquences importantes sur notre sociétés souligne les conséquences du changement climatique à l’œuvre sur notre territoire” préviennent les experts.

“On s’attend en effet à ce que d’ici 2050, les étés soient aussi chauds voire plus chauds qu’en 2022. Cet été est une préfiguration de l’avenir en raison du changement climatique et illustre  les différents risques auxquels nous allons être confrontés”, ajoute Samuel Morin, chercheur et directeur du Centre national de recherches météorologiques. Une autre étude publiée par l’Insee et Météo-France mardi 30 août estime aussi “qu’au cours des étés des trois prochaines décennies, le nombre de journées et de nuits anormalement chaudes augmentera notablement sur l’ensemble du territoire métropolitain”.

Près de 80 % de la population française subira de 16 à 29 journées anormalement chaudes en été, contre moins de 16 sur la période 1976-2005, c’est-à-dire avec un écart d’au moins 5°C par rapport à la température maximale de référence. La tendance est la même pour les nuits. Certains territoires connaîtront ainsi jusqu’à 19 nuits anormalement chaudes, alors que le maximum était de 7 au cours des années 1976-2005. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Occitanie seront les premières concernées.

Concepcion Alvarez @conce1

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :