fbpx

À la veille des élections, les Conventions citoyennes pour le climat s'emparent des régions

https://www.novethic.fr/fileadmin/RMP0130696_Boutonnet-Laurent-Region-Occitanie_original-1-1.jpg

Publié le 26 mai 2021

[Régionales] La Convention citoyenne pour le climat a permis d’expérimenter un nouvel outil de démocratie participative en permettant à 150 citoyens tirés au sort de faire des propositions au gouvernement. Le projet séduit à l’échelle régionale. En Rhône-Alpes, un collectif de citoyens entend l’utiliser comme un moyen de faire pression sur les élections du 20 et 27 juin prochain. Démocratie participative, mobilité durable,… jusqu’aux élections régionales, Novethic se penche sur ces initiatives qui portent la transition écologique et sociale en région. 

C’est une nouvelle forme de démocratie participative au service de la transition écologique. Le 18 mai, un collectif de citoyens de la région Rhône-Alpes a publié une feuille de route dépeignant les contours d’une Convention citoyenne régionale : la Convention citoyenne pour le climat de la région Rhône-Alpes (CCCAURA). Le projet s’inspire directement de la Convention citoyenne pour le climat annoncée par Emmanuel Macron en avril 2019 qui avait conduit 150 citoyens tirés au sort à faire des préconisations en matière d’environnement au gouvernement. Traduites en un texte de loi, les propositions sont actuellement examinées par le Parlement. Ce nouvel outil démocratique n’est pas passez inaperçu dans les régions.

Si la CCCAURA s’est constituée dès le mois de janvier 2021, c’est d’abord dans l’objectif de peser sur les élections régionales des 20 et 27 juin prochain.” C’est pour ça qu’on l’organise en amont”, explique Marin Bisson, membre du Collectif, au micro de RCF Lyon fin janvier. “C’est pour que les candidats se positionnent avant d’être élus sur cette question, que ce soit une promesse de mandat, et qu’il puissent ensuite la mettre en œuvre“.  Avec, en filigrane, l’ambition de repenser l’outil démocratique. “Est-ce que les personnes pour qui je vais voter, est-ce que le programme qu’ils portent est ouvert à contribution, à une nouvelle forme de démocratie ?” interroge-t-il. 

Le collectif a déjà soumis un cahier des charges sur lequel les candidats doivent désormais se positionner. Le CCCAURA se veut plus ambitieuse que la Convention nationale, et vise “a minima” d’“atteindre l’objectif européen d’une baisse de 55 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990“, contre -40% pour l’objectif de l’Hexagone, et la neutralité carbone en 2040.

Vous l’attendiez ? Le voici ! Après plusieurs mois de réflexion citoyenne et collective sur ce que devrait être une Convention Citoyenne pour le Climat en région Aura, le document de cadrage pour une CCC régionale est sorti ! Bonne lecture ! pic.twitter.com/7zk5umYAMJ

— Collectif pour une CCC AURA (@ColCCCAURA) May 18, 2021

L’Occitanie précurseuse 

La région Occitanie a été précurseuse dans le domaine en lançant sa propre Convention dès le mois d’octobre 2020, pour “impulser un nouveau modèle de développement” et “imaginer l’avenir et le bien-être en Occitanie” suite aux conséquences de la crise sanitaire. Quelque 100 citoyens et citoyennes ont été tirés au sort pour représenter les 6 millions d’habitants du territoire.  Après deux sessions de trois jours en septembre, les citoyens ont fixé 52 “priorités” intégrées à un Plan de Transformation et de Développement.

Transport, éducation, tourisme… la région entend aller encore plus loin, en permettant au citoyen de s’exprimer au-delà des seuls sujets environnementaux. “L’objectif d’une convention est de donner la parole aux citoyennes et citoyens, selon une méthode d’écoute active très poussée, en vue d’enrichir le débat et d’inclure l’expérience des habitants dans les données préalables aux décisions et actions des pouvoirs publics“, souligne la région Occitanie sur son site internet. Dans les faits, l’écologie infuse malgré tout l’ensemble des propositions, de la sensibilisation des enfants à la pollution dans le volet “éducation” jusqu’à la mise en place d’une aide à la formation aux nouveaux métiers sur les énergies renouvelables dans la section “emploi”.

Pauline Fricot, @PaulineFricot 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes