fbpx

[À l’origine] De 1888 à aujourd'hui, la librairie Gibert Jeune, pionnière de l'occasion, ferme ses portes

https://www.novethic.fr/fileadmin/Gibert-Joseph-librairie-AFP.png

Publié le 27 février 2021

ENVIRONNEMENT

C’est un symbole qui s’éteint. La plus grande librairie de Paris, Gibert Jeune, située dans le quartier latin, va fermer ses portes. Lancée en 1888 par le professeur de lettres classiques et bouquiniste Joseph Gibert, elle était une institution pour les Parisiens et tous les étudiants. Spécialisée dans la vente d’occasion, elle permettait d’accéder à des livres à petits prix. Une mauvaise nouvelle à l’heure où la précarité étudiante explose.

Gibert Joseph librairie AFP En 1946, c’est l’effervescence devant Gibert Joseph pour la rentrée des classes.
AFP

C’est une devanture jaune reconnaissable entre toutes. Des escaliers qui n’en finissent pas, des rayons remplis de livres, la sensation d’un tourbillon devant tant de richesses. Et pourtant, c’est fini. Gibert jeune, emblème du quartier latin, plus grande libraire de Paris, fermer ses portes. C’est une “part de nous-mêmes qui disparaît”, comme le dit si bien l’historien Éric Anceau. Car tout étudiant a déjà poussé les portes de ce temple à la recherche d’une pépite. Son atout ? La vente d’occasion.

En 1886, Joseph Gibert alors professeur de Lettres classiques à Saint Étienne “monte” à la capitale où il ouvre, face à Notre Dame de Paris, quatre boîtes de bouquiniste. Deux ans plus tard il inaugure, au 23 quai de Saint Michel sa première librairie, spécialisée dans le négoce du livre scolaire d’occasion. À l’heure où Jules Ferry rend l’école obligatoire, le concept est un véritable succès. En 1915, le fondateur décède et en 1929, l’entreprise est scindée en deux. L’un des fils fonde Gibert Joseph et l’autre, Gibert Jeune. Le cap reste le même. 

Un contexte difficile

“La première librairie de Joseph Gibert s’étant spécialisée dans le livre scolaire d’occasion, ce secteur constitue le cœur de métier historique de Gibert Joseph et Gibert Jeune. Les deux librairies vendent à la fois du livre neuf et d’occasion, les deux étant mélangés au sein des rayons”, explique, dans son mémoire portant sur le marché du livre d’occasion le conservateur des bibliothèques Trevor Garcia. Pendant des années, les deux frères ont été rivaux marquant leurs terres d’un blason bleu pour Gibert Joseph et d’un jaune pour Gibert Jeune. Mais les temps sont durs.

Confronté à des géants du commerce en ligne comme Amazon et à une concurrence de plus en plus rude, en 2017, Gibert Joseph réunit de nouveau la famille sous le même giron et rachète Gibert Jeune. Mais les difficultés demeurent. “Mouvement des gilets jaunes, grèves, travaux sur la ligne du RER C entraînant la fermeture de la station Saint-Michel, incendie de Notre-Dame et enfin crise Covid avec la désertion du Quartier Latin de Paris… Ces évènements successifs ont gravement porté atteinte aux magasins de la place Saint Michel et à une enseigne, Gibert jeune, déjà fragilisée”, explique dans un communiqué Gibert Joseph qui devrait fermer quatre magasins du groupe sur la place Saint-Michel.

Cette annonce est un coup dur pour le patrimoine français mais aussi pour les étudiants, de plus en plus nombreux à tomber dans la précarité avec la crise sanitaire. Gibert jeune était l’occasion de trouver des livres de seconde main à petit prix. “Gibert c’était une librairie étudiante avant tout”, se rappelle Jérémy Gautret, ancien étudiant en histoire de l’art. “Cela permettait de nous rendre accessible des livres d’art au départ très chers. On pouvait même trouver des livres épuisés, c’était une caverne d’Alibaba”. 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes