La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Accusé de contribuer à la déforestation en Amazonie, Carrefour cesse certains approvisionnements

https://www.novethic.fr/fileadmin/iStock-1249034888-1.jpg
iStock 1249034888 1

Publié le 07 septembre 2022

Mighty Earth a publié un rapport à charge contre Carrefour. L’association pointe des approvisionnements en viande et soja qui contribuent à la déforestation en Amazonie. Pourtant, en vertu du devoir de vigilance, le géant de la distribution aurait dû identifier ces failles. Après ces révélations, Carrefour annonce suspendre des approvisionnements et prendre des mesures pour renforcer sa stratégie.

Alors que des zones détruites de la forêt Amazonienne pourraient ne plus jamais se régénérer, une ONG lance l’alerte sur les pratiques peu scrupuleuses de certains fournisseurs du géant Carrefour. Mighty Earth a passé au crible des produits commercialisés par le distributeur français. Ce travail minutieux de l’association de défense de l’environnement est consigné dans son étude “Carrefour nous enfume” qui établit un lien direct entre de la viande de bœuf ou du soja vendus dans les magasins Carrefour et des pratiques illégales de déforestation en Amazonie.

Deux-tiers des 102 produits analysés proviennent de la société JBS, aussi surnommée le Monsanto de la viande et régulièrement accusée de déforestation“, explique Boris Patentreger, directeur France de Mighty Earth. L’étude constate aussi que 12 % des produits proviennent de deux abattoirs (dans l’État du Rondônia) connus pour pratiquer du “blanchiment de bétail“, un système frauduleux conçu pour masquer des conditions d’élevages litigieuses et des transports d’animaux sur de longues distances.

Décalage entre un discours engagé et les actes

Mighty Earth épingle aussi la société LDC, l’un des principaux fournisseurs de poulets et d’œufs pour les marques de distributeur de Carrefour en France. LDC compte ainsi parmi ses fournisseurs l’américain Bunge, un importateur de soja également lié à la déforestation. “L’élevage est une cause majeure de déforestation de l’Amazonie au Brésil et avec 25% de parts de marché de la grande distribution au Brésil, Carrefour a un impact majeur“, souligne le responsable. Selon les calculs de l’ONG, Carrefour pourrait ainsi être associé à 4,5 % de la déforestation en Amazonie. 

La députée européenne Europe Écologie Les Verts Michèle Rivasi, co-rapportrice d’une mission sur la déforestation importée, soutient l’ONG. Elle estime que le groupe “doit respecter la loi sur le devoir de vigilance“. En effet, la loi sur le devoir de vigilance impose aux entreprises françaises de cartographier les risques sociaux et environnementaux auxquels s’exposent leurs fournisseurs. 

— Michèle Rivasi (@MicheleRivasi) September 5, 2022

“Ce n’est pas normal : nous jouons le rôle des équipes de Carrefour“, fulmine de son côté Boris Patentreger, qui reproche au distributeur son discours engagé en décalage avec ses actes. L’ONG appelle ainsi le groupe à “être transparent sur sa chaîne d’approvisionnement” et lui demande de rayer JBS, Bunge ou Cargill de la liste de ses fournisseurs. 

Précédent avec Casino attaqué sur son devoir de vigilance

Face à ces accusations, la réaction de Carrefour ne s’est pas fait attendre. Le groupe français a immédiatement annoncé la suspension de ses liens commerciaux avec les deux abattoirs de JBS mis en évidence dans le rapport. Carrefour Brésil a par ailleurs annoncé la création d’un “comité forêt” doté d’un “panel d’experts” sur la déforestation. L’objectif est de réduire de 50 % d’ici 2026 et 100 % en 2030 ses approvisionnements provenant de zones considérées comme particulièrement en danger. Concernant la France, Carrefour a souligné “discuter avec LDC pour qu’ils s’approvisionnent rapidement uniquement en soja non importé par Bunge“. 

Le distributeur précise toutefois que les changements pourraient prendre du temps. “Sur l’huile de palme, le changement de fournisseurs a mis 10 ans à se mettre en place“, rappelle une porte-parole du groupe, qui regrette de ne pas pouvoir aller plus vite.

L’ONG n’en est pas à son premier bras de fer avec un distributeur. En mars dernier, Mighty Earth et des groupes indigènes avaient assigné le groupe Casino en justice pour vente de produits liés à la déforestation en Amazonie et non-respect de son devoir de vigilance. Pour l’instant, le dialogue entre Carrefour et l’ONG n’est pas rompu mais la tension est montée d’un cran. 

Mathilde Golla @Mathgolla

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :