fbpx

Ambition 4 climate : la plateforme des grandes entreprises qui veulent montrer patte verte

https://www.novethic.fr/fileadmin/Emissions-CO2-marche-carbone-usine-cheminee-Johanna-Poetsch.jpg

Publié le 19 avril 2021

ENVIRONNEMENT

À l’heure de la loi climat, les grandes entreprises de l’Afep viennent de lancer Ambition 4 Climate. Cette plateforme recense les projets “bas carbone” d’AccelorMittal, L’Oréal, Sodexo… pour pouvoir les transformer en bonnes pratiques réplicables. Le but est de montrer, concrètement, comment les multinationales s’engagent pour le climat. Une “plateforme gadget” dénonce Greenpeace. 

Loin des grandes trajectoires de neutralité carbone, du jargon des reporting des sociétés sur le risque climatique… les grandes entreprises veulent montrer du concret. L’Association française des entreprises privées (Afep), réunissant 111 entreprises, a ainsi lancé le 19 avril la plateforme Ambition 4 climate. Chaque entreprise volontaire a choisi un ou plusieurs projets dits “bas carbone” en cours.

Le groupe Iliad, maison mère de l’opérateur Free, a ainsi choisi de mettre en avant son dernier datacenter, baptisé Scaleway. Ce “premier datacenter de France à très haute performance environnementale” permettrait de réduire jusqu’à 40 % la consommation énergétique d’un data center classique. Autre projet, celui du groupe Sodexo qui, grâce à la mise en place de balances connectées, a réduit de 50 % le gaspillage alimentaire des sites de restauration exploités. “Les multinationales peuvent paraître désincarnées. Or, au-delà des grands engagements, il y a des projets très concrets qui sont déjà mis en place sur le terrain”, explique l’Afep. 

Effet boule de neige

Le but est de provoquer un effet boule de neige et de mettre en avant le caractère reproductible de ces projets. Tous répondent d’ailleurs aux mêmes exigences. L’entreprise doit communiquer le montant de l’investissement réalisé et mesurer l’impact carbone du projet en précisant le calcul. Le projet de production de biogaz à partir de la valorisation des boues de la station d’épuration de Reyran dans le Var porté par Veolia, par exemple, a nécessité 7,3 millions d’euros. En substituant le gaz naturel par ce biométhane, Veolia permet d’éviter 1700 tonnes de CO2 équivalents par an. 

“On a parfois l’impression qu’il faut juste tracer une ligne droite pour atteindre la trajectoire climat qu’on s’est fixée. Or on voit bien ici que ce sont des projets qui sont complexes et qui nécessitent des investissements”, défend l’association. Pour l’instant, une soixantaine de projets portés par 34 entreprises sont exposés. L’Afep espère susciter l’intérêt d’autres grandes entreprises, qui ont une capacité d’entraînement. Le but est aussi de créer un dialogue. Les internautes peuvent interpeller les porteurs de projet et leur poser des questions. 

“Une parade”

“On veut alimenter un débat informé, qui repose sur des faits tangibles. L’intérêt est de sortir du dialogue de posture”, avance l’Afep qui assure que “tout n’est pas parfait dans cette plateforme et le but est de nous améliorer”. Du côté des ONG, Ambition 4 climate est vue comme une énième “plateforme gadget”. “Cette stratégie de lobbying est d’autant plus mal venue que l’Afep a été prise la main dans le pot de confiture lors du premier confinement”, tacle Clément Sénéchal, porte-parole climat de Greenpeace. 

En avril 2020, le gouvernement a en effet confirmé à l’AFP avoir reçu une demande du Medef et de l’Afep plaidant pour un “moratoire” sur certaines normes environnementales à venir. Pour ces entreprises, ces dernières provoquaient un ralentissement de la reprise économique. “Il faut repositionner l’ensemble de l’appareil de production vers les objectifs de l’Accord de Paris. Ce genre de parade n’est pas acceptable, nous ne sommes pas aux prémices du changement climatique”, défend Clément Sénéchal. 

Marina Fabre, @fabre_marina

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article