La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Après la canicule, les images impressionnantes de tempête de sable, chute de grêles et incendies qui ont frappé la France

https://www.novethic.fr/fileadmin/incendies-france-Guillaume-Souvant-AFP.jpg
incendies france Guillaume Souvant AFP

Publié le 20 juin 2022

ENVIRONNEMENT

Les Français respirent à nouveau. Après avoir subi une chaleur suffocante pendant plusieurs jours, les températures redescendent enfin. Mais les impacts du dérèglement climatique ont été particulièrement violents. Entre la tempête de sable dans le Calvados, les incendies et les chutes de grêles… le scénario cauchemar d’un monde qui se réchauffe s’est déroulé sous nos yeux. 

Une tempête de sable dans le Calvados 

Samedi 18 juin, alors que le mercure a dépassé les 30°C, plusieurs personnes ont été surprises par une chute rapide et intense de températures. En quelques minutes, le thermomètre a baissé de 15°C et de violents coups de vent ont soufflé sur plusieurs villes du Calvados. À Villliers-sur-Mer vers 20h30, un kite-surfeur est décédé, projeté contre la vitrine d’un restaurant. La préfecture a également dénombré trois blessés légers et une personne disparue qui a depuis été retrouvée.

Ce “front de rafales” comme l’explique le météorologue Guillaume Séchet dans Le Figaro s’explique par “l’énorme choc thermique entre l’air frais qui descendait des îles britanniques et l’air très chaud qui persiste sur le continent”. Ce phénomène ressemble à la galerne, un phénomène météorologique caractéristique du Pays Basque. Les Landes ont d’ailleurs été touchées ce week-end. Météo France le définit par un brusque accroissement de la vitesse du vent, une chute brutale des températures et une rapide remontée de l’humidité. Interrogé par Libération, le prévisionniste Sébastien Léas affirme que des investigations sont en cours pour déterminer quel phénomène a frappé le Calvados ce week-end. 

Des incendies partout en France

La canicule a aussi provoqué de très nombreux départs de feux le week-end dernier et des incendies partout en France. Le plus important s’est produit dans le Var avec 700 hectares détruits. Il a été causé par un tir d’artillerie dans le camp militaire de Canjuers, l’un des plus grands camps d’entraînement de l’armée française. Dans l’Aveyron, 430 hectares de forêts ont brûlé, 65 personnes ont été relogées et 230 habitants doivent être alimentés par un groupe électrogène en raison de coupures d’électricité. Dans les Landes, ce sont également 200 hectares de pins qui sont partis en fumée.

Dans le Loiret, trois lignes électriques sont tombées et ont pris feu. La forte chaleur a dilaté les câbles. Plus de 1 000 foyers se sont retrouvés sans électricité en pleine canicule. La vague de chaleur touche plusieurs pays en Europe. À l’instar de la France, l’Espagne est confrontée depuis une semaine à une vague de chaleur extrême et inhabituelle à cette époque de l’année. Plus de 20 000 hectares ont été détruits. En Allemagne, 700 personnes ont été évacuées à cause d’un incendie de forêt près de Berlin. Une centaine d’hectares ont été ravagés.

D’intenses épisodes de grêle 

Les chasseurs d’orage étaient de sortie dans la nuit de dimanche 19 à lundi 20 juin pour observer des “supercellules”, tempêtes tourbillonnantes pouvant amener grêle, orages et parfois tornades. Un émerveillement de courte durée, laissant place aux ravages des épais grêlons. Au cœur de la vague orageuse, des cumuls de pluies intenses ont aussi été mesurés, comme à Vierzon dans le Centre-Val-de-Loire où trois centimètres d’eau sont tombés en seulement quinze minutes. L’Indre, particulièrement touché, a mobilisé 500 pompiers.

En plus de constater leurs voitures cabossées, les habitants de 400 foyers se sont réveillés privés d’électricité ce lundi matin. C’est le troisième épisode de grêle en seulement un mois. Olivier Renard de l’association Météo Centre mentionne à France Info qu’il “pourrait y avoir une quatrième salve dans la nuit du 20 au 21 juin”. Une étude publiée en mars dernier et relayée par la BBC avait notamment conclu qu’avec le réchauffement climatique, les tempêtes de grêles étaient plus fréquentes, plus violentes et les grêlons plus gros. 

La rédaction

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article