fbpx

Attac dégrade des devantures des magasins de La Samaritaine


On comprend le message, il existe écrit à la chapka de peinture. Néanmoins on peine dans déceler l’utilité d’une telle opération. «    «Le Gang des Profiteurs. Faisons payer ces #ProfiteursDeLaCrise» . Voilà ce succinct l’on pouvait consulter, ce samedi matin, sur une vaste banderole flottant au sein des airs devant ce siège de LVMH. Les auteurs, la trentaine de militants de l’association Attac, reprochent à Bernard Arnault, le PRÉSIDENT DE de LVMH, au sein de s’être enrichi durant la crise du coronavirus. Ils ont aussi recouvert de graffitis la Samaritaine, énorme magasin propriété concernant le LVMH  qui possède rouvert ses voûtes en grande tireuse le 23 juin nouveau.   Devant les voûtes de la Samaritaine, plusieurs manifestants vêtus concernant le combinaisons de chimistes et de masques au fioul ont ainsi recouvert de noir la devanture, avant de tagger quelques inscriptions, surtout celle-ci : «argent sale». Dans un communiqué publié  sur son site web, l’association explique  que  «la richesse un ensemble de milliardaires français possède augmenté de 68% depuis 2020», de plus la  «tête pour obtenir gondole»  de ces vastes fortunes n’est distinct que Bernard Arnault   » rapporte  Un Figaro .
 
Les portes-paroles du l’organisation a développé la démarche grâce à de mots : « Le monde s’émerveille en face l’inauguration de la Samaritaine, nouvelle vitrine de marque du groupe LVMH, pendant que les 1ers et premières au sein de corvée attendent continuellement que leurs activités et salaires se trouvent revalorisés, que des sites hospitalier et ton personnel sont engloutis, que les petites sociétés souffrent, que les faibles s’appauvrissent et ces précaires se précarisent. »  En fournissant qu’il est «  inconcevable touchant à vouloir faire raquer la crise aux bien plus fragiles, pendant par rapport aux grandes entreprises versent des dividendes exploit, et que les riches s’enrichissent à le rythme insensé. »  En saison pré-électorale, il est clair que les questions au sein de répartitions des productivités ou de fiscalité des groupes œcuméniques sont clés. Toutefois il est aussi clair que ce genre d’opération ne participe point à poser ces bonnes questions. Aisément à donner l’impression que l’on est contraint de être contre Attac ou contre LVMH.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article