fbpx

Aux États-Unis, inquiétudes concernant la propagation du Covid-19 par les cerfs


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Ils n’en meurent pas, mais ils se le transmettent. « Une étude américaine rapporte que plus de 80 % des cerfs, testés entre décembre 2020 et janvier 2021 dans plusieurs régions de l’État d’Iowa, sont positifs au SARS-CoV-2, responsable de la Covid-19. Le cervidé en question est appelé « cerf de Virginie » (Odocoileus virginianus). Cette espèce est sensible à l’infection par le SARS-CoV-2. Il a été montré que des faons expérimentalement infectés transmettent le virus à d’autres cerfs en captivité. Chez les animaux infectés, qui restent largement asymptomatiques et développent des anticorps neutralisants, le virus peut être isolé dans les amygdales palatines (amas de tissu lymphoïde situés dans le pharynx) et dans les ganglions lymphatiques rétropharyngiens (situés en arrière du pharynx) » explique un blog spécialisé du journal Le Monde .

Ce n’est pas la première fois qu’une étude souligne cela. En aout dernier, une étude publiée par l’Académie des sciences américaine (PNAS) avait montré une forte présence d’anticorps chez 40% des cerfs contrôlés dans quatre Etats américaines. « Cette étude pilote, réalisée sous l’égide du département américain de l’agriculture, n’avait pas pour seul objectif de déterminer la présence d’anticorps spécifiques du SARS-CoV-2 parmi les cerfs de Virginie. Elle avait été conduite, entre janvier et mars 2021, dans le cadre d’un programme de surveillance globale de la faune sauvage. Celle-ci portait également sur l’encéphalopathie des cervidés (maladie à prions, également appelée maladie débilitante chronique) et sur la tuberculose bovine qui peut toucher les cerfs. Sur 385 échantillons sanguins recueillis chez des cerfs, 154 avaient été trouvés positifs au SARS-CoV-2. Cette séroprévalence de 40 % indiquait donc que des troupeaux de cerfs avaient été exposés au coronavirus mais elle n’apportait cependant pas la preuve d’une infection active ou d’une transmission continue entre animaux » poursuite l’article.

Lire en intégralité l’article publié par le Blog « Réalités biomédicales » du Monde

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article