fbpx

Avec le COVID-19, le DRH va-t-il devenir le nouveau bras droit du dirigeant ?

Présent sur les fronts depuis le début de la conjoncture, le DRH se révèle être plus que jamais le allié indispensable à destination des décisions stratégiques touchant à l’entreprise. Essentiel au téléphone maintien de l’activité, il s’est prévu comme le nouveau homme de confiance de dirigeant, avec afin de conséquence un positionnement nouveau et générale de la fonction.

Organisation de récents modes de service, réponse aux demandes sanitaires, maintien de la dite relation à distance, nouveaux enjeux de recrutement ou bien élaboration de niveaux de réorganisation…  Ce DRH a prouvé en partant de la les premiers jours de crise qu’il a été le socle du l’organisation de l’entreprise. Dans bien des cas de figure c’est un montage de donne, vu que, contrairement au directeur financier, le DRH était parfois éloigné du premier orbite du dirigeant mais aussi principalement sollicité concernant des questions d’expert : pilotage de la foule salariale, gestion un ensemble de conflits, recrutement, troupe ou bien-être au téléphone travail… La crise l’a repositionné au plus aux alentours du dirigeant : bien plus aucune décision pas peut se obtenir sans lui.

Le rôle majeur en contexte d’incertitude persistante

Cette évolution s’inscrit dans la durée puisque les enjeux d’organisation du travail demeurent particulièrement jamais d’actualité en face des incertitudes de la cas sanitaire, qui réclament des entreprises une volume d’adaptation constante. Cette part de télétravail et de présentiel en contexte de round de l’épidémie? De quelle manière gérer les cas coordonnées, veiller à la stabilité et à la liaison des équipes ? De quelle manière manager à distance ? Ces problématiques compliquées sont encore récentes et débattues parmis les directions, et ces réponses très différentes selon les domaines d’activité, d’une entreprise dans l’autre, et en fonction la culture d’entreprise et la personnalité de ce dirigeant. Sur un rang plus sombre, ce DRH a dès à présent, ou aura bientôt, dans nombres d’organisation un rôle nodal dans la mise sous œuvre des restructurations à venir, les conséquences de la crise concernant l’emploi n’en éclairant encore qu’à à eux prémices. Ainsi, le besoin d’une vision clairette et d’un leadership affirmé sur les thèmes RH est mieux important que pas.

Porter une appréhension RH pour l’entreprise

En conséquence, les dirigeants d’entreprise ont la nécessité de pouvoir trimarder main dans la patoche avec un copilote de confiance, à également de porter la vision RH afin de l’entreprise. Cela se traduit notamment par un ensemble de exigences nouvelles en matière de recrutement: les dirigeants vont désormais trouver des personnalités dans même de dépasser la gestion continuelle des problèmes sociétaux – davantage déléguée au sein des équipes –, et de pouvoir conclure les enseignements de crise et obtenir de la hauteur au seins des orientations de l’entreprise : comment garantir la meilleure productivité, de quelle manière anticiper les desseins sanitaires et économiques, quelles conséquences à propos de la stratégie de recrutement, etc.? En ligne dans mire : des profils plus polyvalents, grace à une capacité web renforcée, notamment de situation de entrée pour rassurer ces employés, et la maîtrise des instruments digitaux permettant pour obtenir maintenir le lien dans les l’entreprise. A l’inverse les profils, laquelle par goût ou bien attitude, sont abusivement éloignés du cognition de l’activité sont plus difficilement autorisés.

Pas d’impact parmi les rémunérations et ces équipes RH dans court terme

L’impact sur les rémunérations pugilats devrait pour tellement rester limité dans court terme. En contexte où ces bonus des membres du CODIR se trouvent être réduits, voire complètement neutralisés, les DRH seront probablement plus pratique traités eu égard à leur placement, mais on pas constate pas afin de l’instant de montage majeur à cet égard. De même, sur la raison des paralysées budgétaires, on pas devrait pas venir en aide, à un renforcement des équipes RH mais plutôt aux ajustements ponctuels, – cas par cas de figure, pour remplacer ces collaborateurs qui n’ont pas su commencer aux exigences de période par un ensemble de profils plus adéquats relativement aux nouvelles problématiques.

L’enjeu n’est point mince : en repositionnant les sujets RH au cœur un ensemble de priorités de l’entreprise et du dirigeant, la évolution donne le coup d’accélération sans plus précédent à la transformation du travail en France & à la mise sous œuvre de romanes pratiques plus appropriées aux nouveaux demandes des structures.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes