fbpx

Biden, un tournant

Biden a fait revenir les États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat. Ainsi, les États-Unis, deuxième émetteur CO2, participeront à l’effort nécessaire et impulseront la recherche de solutions technologiques et économiques. Une planification écologique, un contrôle des stratégies des grandes entreprises apparaîtront vite nécessaire.
Les États-Unis reviennent au multilatéralisme en réintégrant l’OMC. Ils ne renoncent pas à réformer les règles du commerce international, qu’ils jugent trop favorables à la Chine. Mais cette réforme pourra être décidée collectivement. Chaque pays devrait pouvoir protéger ses choix en matière salariale, sociale, environnementale.

Hausse des impôts sur les plus riches

Naguère, l’objectif était la baisse des impôts, censés nuire au dynamisme économique. Elle était impulsée par la concurrence fiscale entre les pays, par l’optimisation fiscale permise par les paradis fiscaux. Ainsi, les grandes entreprises et les plus riches ont pu s’enrichir tandis que les États étaient paupérisés. La course à la baisse des impôts est finie. Les États-Unis vont remonter leur taux de l’impôt sur les sociétés (IS) de 21 à 28 %, le Royaume-Uni de 19 à 25 %. Biden s’est rallié à la lutte pour l’harmonisation fiscale, impulsée par l’OCDE. L’objectif est que toutes les entreprises paient un taux minimal de l’IS (de l’ordre de 21 %). Reste à s’entendre sur la répartition de l’impôt entre les pays producteurs et les pays consommateurs.
Enfin, après un plan de relance de 1 900 milliards de dollars, Biden envisage un plan de 3 000 milliards pour mettre à niveau les infrastructures publiques, impulser la transition écologique et améliorer le niveau de vie des familles pauvres. Il brise quatre tabous du néo-libéralisme : il accroît les dépenses publiques ; il augmente les impôts sur les plus riches et sur les entreprises ; il ne se préoccupe pas du déficit public. Il n’hésite pas à relancer fortement la demande, en acceptant le risque d’une hausse de l’inflation, pour impulser le dynamisme de l’économie et augmenter le taux d’emploi.
L’UE et les pays membres auront-ils le courage de s’engager dans ces voies ou resteront-ils prisonniers de dogmes dépassés, au risque de décrocher encore par rapport aux États-Unis ?

Henri Sterdyniak, économiste atterré

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :