fbpx

[Bonne nouvelle] Du plastique recyclé en arôme de vanille grâce à des bactéries

https://www.novethic.fr/fileadmin/dechets-plastique-bouteilles-pixabay.jpg

Publié le 27 juin 2021

ENVIRONNEMENT

Le plastique s’amoncelle et pollue et la demande en vanille croît. A priori, aucun lien entre ces deux faits. Des scientifiques viennent d’en établir un : ils ont transformé du plastique en arôme de vanille à l’aide d’une bactérie présente dans notre intestin, génétiquement modifiée. L’initiative est d’autant plus intéressante que transformer le plastique en un matériau économiquement plus attractif pourrait permettre d’encourager son recyclage.

Le plastique recyclé coûte environ 20 % plus cher que la matière vierge. Convertir le plastique en matériaux plus lucratifs peut s’avérer être une stratégie intéressante pour rendre le recyclage plus attractif. C’est chose faite : des scientifiques de l’Université écossaise d’Edinburgh sont parvenus à le transformer en arôme de vanille, la vanilline grâce à des bactéries génétiquement modifiées. Les résultats de l’expérience ont été publiés dans le journal scientifique Green Chemistry mi-juin. “C’est une première“, se félicitent les auteurs.

À l’origine de cette prouesse, une bactérie bien connue et très répandue : escherichia coli, qui loge notamment dans les intestins des humains. Celle-ci a été modifiée génétiquement pour être capable de transformer l’acide terephthalique (TA) du polyethylene terephthalate (PET), utilisé pour les bouteilles. “Après optimisation du processus, nous avons atteint 79 % de conversion en vanilline à partir de TA, une amélioration 157 fois supérieure par rapport aux résultats initiaux” se sont enthousiasmés les chercheurs.

La vanilline, substitut de la gousse de vanille, est un produit dont 85 % de la production est synthétisée à partir de dérivés du pétrole. L’initiative est d’autant plus intéressante qu’il y a une forte incitation économique : ce substitut de vanille est largement utilisé dans les industries alimentaires, cosmétiques et dans les produits de nettoyage. La demande mondiale est en croissance : en 2018, elle était de 37 000 tonnes, dépassant largement l’offre de gousses de vanille naturelle. “La demande de vanilline augmente rapidement et devrait dépasser 59 000 tonnes, avec des prévisions de revenus de 734 millions de dollars, d’ici 2025 ” ont précisé les auteurs.

Le difficile recyclage du plastique

Trouver des initiatives pour transformer le plastique est essentiel, puisque celui-ci n’est pas biodégradable. Contrairement au verre, au papier, au carton ou au métal, les plastiques se désagrègent pour se transformer en nanoparticules, invisibles à l’œil nu, qui polluent notamment les océans et s’immiscent dans les organismes.

Si le PET est l’un des plastiques les mieux recyclés, celui-ci est dégradé lors du processus de nettoyage et de décontamination. Il faut réintégrer de nouveaux polymères pour en recréer à nouveau. C’est pourquoi, en ce qui concerne le plastique, on parle souvent de “sous-cyclage”. Environ 10 tonnes de plastique seraient produites par seconde dans le monde. Seulement 9 % serait recyclé.

 Pauline Fricot, @PaulineFricot 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article