fbpx

[Bonne nouvelle] Le monde a définitivement tourné la page de l’essence au plomb

https://www.novethic.fr/fileadmin/essence-diesel-energie-fossile-andreas160578-de-Pixabay.jpg

Publié le 05 septembre 2021

L’essence au plomb, c’est fini. Le dernier pays à utiliser encore cette énergie fossile particulièrement dangereuse pour l’environnement et la santé, l’Algérie, vient d’épuiser ses derniers stocks. Pour l’ONU il s’agit d’une étape majeure qui devrait servir d’exemple au monde entier dans la lutte contre le changement climatique. 

C’est la fin d’une époque. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a annoncé fin août que plus aucun pays dans le monde n’utilisait d’essence au plomb, marquant ainsi une “étape majeure”. L’Algérie, dernier pays à utiliser ce carburant, vient en effet d’épuiser ses derniers stocks. “L’application réussie de l’interdiction de l’essence au plomb constitue une étape majeure pour la santé dans le monde et pour notre environnement”, s’est félicitée Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE, dont le siège est situé dans la capitale kényane Nairobi.

L’organisme estime que la fin de l’utilisation de cette énergie fossile permettra de sauver plus d’1,2 million de vies et d’économiser plus de 2 400 milliards de dollars. Depuis les années 1920, le plomb-tétraéthyle est utilisé comme additif à l’essence. Le but étant d’améliorer les performances des moteurs. Mais dès 1924, une alerte est lancée : des dizaines de travailleurs sont hospitalisés et cinq décèdent après avoir souffert de convulsions dans une raffinerie du New Jersey aux États-Unis. Il a fallu pourtant attendre les années 70 pour que plusieurs pays commencent à interdire l’essence au plomb. Les années 80 marquent un tournant. La plupart des pays à revenu élevé interdisent ce combustible. Pour les pays à revenu faible ou intermédiaire, le sevrage est plus long.

“S’inspirer de cette énorme réussite”

Lorsque le PNUE a lancé sa campagne en 2002, plusieurs grandes puissances, comme les États-Unis, la Chine et l’Inde, avaient déjà cessé d’utiliser ce carburant. Mais il est resté largement utilisé dans les pays à faible revenu. En 2016, après que la Corée du Nord, la Birmanie et l’Afghanistan ont cessé de vendre de l’essence au plomb, seule une poignée de pays exploitaient encore des stations-service fournissant ce carburant. L’Algérie a finalement suivi l’Irak et le Yémen parmi les derniers pays à s’en affranchir.

“Le fait qu’une alliance de gouvernements, d’entreprises et d’organisations de la société civile, soutenue par les Nations unies, ait réussi à débarrasser le monde de ce carburant toxique témoigne du pouvoir du multilatéralisme pour faire avancer le monde vers la durabilité et un avenir plus propre et plus vert”, déclare Inger Andersen. “Nous exhortons ces mêmes parties prenantes à s’inspirer de cette énorme réussite pour faire en sorte que, maintenant que nous disposons de carburants plus propres, nous adoptions également des normes de véhicules plus propres au niveau mondial : la combinaison de carburants et de véhicules plus propres peut réduire les émissions de plus de 80 %.”

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article