La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Canicule, sécheresse, faible enneigement… le changement climatique à l'œuvre cet hiver

incendie californie canicule hivernale record chaleur Apu Gomes GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Publié le 14 février 2022

ENVIRONNEMENT

Depuis ce lundi 14 février et pendant deux semaines, les 195 États membres du Giec sont réunis pour adopter un nouveau rapport de référence sur les impacts dévastateurs du changement climatique. “Les enjeux n’ont jamais été aussi élevés”, estime son président. Sur presque tous les continents, le monde voit déjà de ses propres yeux les catastrophes à l’œuvre, que ce soit en Californie où sévit une “canicule hivernale” ou en Europe où la sécheresse actuelle est exceptionnelle et inquiétante.

Des centaines d’habitants ont été évacués au petit matin la semaine dernière à Laguna Beach, une ville balnéaire au sud de Los Angeles, ravagée par les flammes en plein cœur de l’hiver. Du jamais vu en cette période de l’année. La Californie est en proie à une “canicule hivernale” selon les propres termes des météorologues. Dans le Sud, les températures dépassent les 32°C, battant le record de 1973 pour un mois de février. La nuit dernière, c’est donc sous une chaleur exceptionnelle que s’est tenue la finale du Super Bowl de football américain. Dans la région de San Francisco, plusieurs records ont également été battus et les dernières précipitations datent de début janvier.

“Nous n’avons plus de saison des incendies. Mais une année d’incendies” alerte le Los Angeles Times. La vague précoce de sécheresse s’explique en grande partie par l’obstruction du courant-jet en provenance du golfe d’Alaska, qui charrie des précipitations. “En ce moment, vous avez ce système de hautes pressions et des conditions plus sèches à la surface […] Et aussi nous vivons sur une planète dont nous avons réchauffé le climat, donc rien que d’un point de vue purement statistique, nous allons assister à une augmentation des records”, explique Justin Mankin, spécialiste du climat à l’université américaine de Dartmouth, à l’AFP. 

Sécheresse exceptionnelle en Espagne, au Portugal et dans le sud de la France

En Europe, l’Espagne et le Portugal vivent également une situation assez inhabituelle en cette saison. Les deux pays sont frappés par une aridité précoce et extrême en raison de la faible pluviométrie enregistrée en janvier, le deuxième mois le plus sec depuis l’an 2000 dans la péninsule ibérique. Cette sécheresse est exceptionnelle par “son intensité, son ampleur et sa durée”, et en Espagne, “en janvier, il n’a plu que le quart de ce qu’il aurait dû pleuvoir à cette période“, indiquent les agences météorologiques locales. Si bien qu’en Galice, dans le nord-ouest du pays, un village englouti sous un barrage dans les années 90 est réapparu en raison de la sécheresse.

On observe un pourcentage d’années pluvieuses en baisse dernièrement”, souligne Filipe Duarte Santos, spécialiste de l’environnement. Ces sécheresses sont “l’une des conséquences les plus graves du changement climatique“, explique-t-il. Cette situation inhabituelle a déjà amené le gouvernement portugais à prendre des mesures d’urgence. Dans un pays où près de 30 % de l’énergie consommée est d’origine hydraulique, les autorités ont été contraintes d’annoncer la suspension de la production hydroélectrique de cinq barrages. De l’autre côté de la frontière, les niveaux des réservoirs d’eau se situent à moins de 45 % de leur capacité. Les régions les plus touchées étant l’Andalousie (sud) et la Catalogne (nord-est).

En France, un hiver peu pluvieux et peu enneigé

En France, le manque de pluie continue également de s’accentuer, en particulier au sud-est. “Cette sécheresse hivernale pourrait conduire à une situation hydrique tendue pour les prochaines semaines en l’absence de pluie“, prévient Météo France. Le quart sud-est de la France enregistre déjà un déficit de -35 à -60% par rapport à une pluviométrie normale, ce qui explique aussi pourquoi les Alpes du Sud ont manqué de neige dès le début de l’hiver. Ainsi, la station d’Auron (Alpes-Maritimes) n’enregistrait, à ce jour, que 14 cm de neige naturelle depuis le 10 décembre, soit la valeur la plus faible depuis 28 ans. Pour le département des Bouches-du-Rhône par exemple, le mois de janvier a été le 3ème le plus sec depuis 1959. Dans ce contexte tendu, un printemps sec et chaud accentuerait le risque de sécheresse importante pour l’été.

Pendant deux semaines, à partir du 14 février, les 195 États membres du Giec sont réunis virtuellement pour adopter le “résumé pour décideurs” du nouveau rapport du Giec. Celui-ci sera publié le 28 février et portera cette fois sur les impacts du changement climatique et les politiques d’adaptation. “Les besoins (pour ce rapport) n’ont jamais été plus importants, parce que les enjeux n’ont jamais été aussi élevés“, a déclaré le président du Giec, Hoesung Lee. 

Concepcion Alvarez @conce1 avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article