fbpx

Canicules : Miami nomme la première “manager de la chaleur”

Miami, ses palmiers, son ambiance latino… et ses canicules. Dans la station balnéaires de Floride, les vagues de chaleur se multiplient. En moyenne, le mercure dépasse déjà 40 degrés quarante jours par an. Et ces jours étouffants seront encore plus nombreux d’ici 2050, selon l’agence Reuters qui a dévoilé les premières conclusions du prochain rapport du GIEC.

Pour y faire face, le comté de Miami a nommé fin mai une “Chief Heat Officer”, une “haute responsable de la chaleur”, annonce le Miami Herald. Le premier poste du genre au monde, selon les médias américains. 

En quoi consiste ce nouveau job ? Jane Gilbert sera chargée de gérer les conséquences des températures extrêmes, et notamment de protéger la santé de habitants locaux.

“La chaleur, tueur n °1”

La chaleur est le tueur n °1 de tous les impacts du changement climatique”, explique la nouvelle madame canicule de la ville. Elle liste des problèmes de peau, de diabète, des blessures ou des vertiges au travail.

Son bureau prévoit notamment des aménagements pour rafraichir la ville. Par exemple une couverture végétalisée offrant un peu d’ombre aux passants, selon le site Fast Company. Il doit aussi définir des normes de travail en plein air pour les ouvriers. Ou créer des centres d’hébergement d’urgence climatisés en cas de canicule. 

Une attention particulière sera aussi portée aux populations fragiles, femmes enceintes, personnes âgées et “communautés de couleur ou à faible revenu, qui ont moins de ressources pour surmonter ces défis”. 

A lire aussi : Transition écologique, un million d’emplois à la clé

Nouveaux métiers liés au réchauffement

Un nouveau métier donc, dans cette ville balnéaire confrontée par ailleurs à la montée du niveau de la mer. Mais si ce titre de “Chief Heat Officer” est inédit, de plus en plus de collectivités recrutent des spécialistes pour affronter les conséquences du réchauffement. 

En février 2021, Los Angeles a par exemple lancé un “bureau de mobilisation en cas d’urgence climatique” pour coordonner l’action de ses quartiers.

La ville de Paris a elle même un “haut responsable de la résilience“. Ce dernier est chargé d’anticiper divers risques auxquels la ville est confrontée, dont les canicules, en lien avec le réseau des 100 Résilient Cities. 

Et au vu de la crise climatique en cours, bien d’autres métiers liés à la transition écologique devraient voir le jour dans les années à venir…

A lire aussi : Nouveau métier : Et si vous deveniez eco-manager ?

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article