fbpx

Ces robots éliminent toute trace du Covid-19 dans les bureaux

Depuis le 9 juin, les travailleurs reprennent peu à peu ce chemin du pupitre. Si le rade du masque mais aussi les gestes garnitures sont toujours incontournable pour lutter opposé à le Covid-19, un ensemble de solutions complémentaires exondent pour assurer à eux sécurité sanitaire.

L’entreprise avignonnaise DTS (pour Désinfection Technologie Solution) offre des systèmes concernant le désinfection par UV-C. Ceux-ci détruiraient 99 % des bug et bactéries, en fonction l’entreprise, dont un Covid-19.  

Fondée sur la juin, à la suite de ce premier confinement, via Mattéo Boso mais aussi Adam Jelila, 2 entrepreneurs d’Avignon, DTS commercialise déjà un grand nombre de solutions. Adaptées à destination des bureaux, mais aussi ces lieux accueillant de ce public (hôtel, pièce de spectacle, vérandas de retraite…); la réelle distribution (rayonnage dans supermarché, pharmacies, et autres. ), les moyens relatives au transport (avions, buvotai, trains, aéroports…), ou bien enfin pour les hostos et cabinets médicinaux. L’entreprise présentera ton dernier modèle, le robot de désinfection autonome, à la possibilité du grand meuble de l’innovation VivaTech, qui se occupe à Paris de 16 au 19 juin.

“On s’est intéressé aux en panne de désinfection. Personnes s’est aperçu uniquement personne ne savait vraiment comment s’y prendr certainement. C omment il fallait réaliser ou quel genre de technologie recourir à pour que ce puisse être efficace” , explicite à WE DEMAIN le co-fondateur Adam Jelila.  

1, 5 quantités astronomiques de lieux dans désinfecter quotidiennement 

Les moyens technologiques ultraviolet est prisée depuis longtemps. Particulièrement dans l’industrie ainsi la potabilisation de l’eau. Mais elle a été méconnue du grand public. Mattéo Boso et Adam Jelila ont ainsi souhaité créer un choix sécurisée et très abordable, aussi bien techniquement qu’économiquement.  

“Nous disposons de choisi la technologie ultraviolet car elle se révèle être efficace contre les pathogènes connus de nos jours. Et elle se révèle être, entre guillemet, écologique. Car il n’y a pas d’utilisation de consommables ou bien de produits chimiques” , explique un co-fondateur de DTS .  

Un buisness important. Après avoir fait une étude, les 2 fondateurs ont flatté qu’il y avait plus d’1, 6 millions de endroits à désinfecter journellement en France.   Et ne sont point les seuls dans s’être lancés. Dans notre pays, il existe également une start-up Tesseract Alternatives qui propose le modèle de loupiote “CleanCovid” ; l’entreprise alsacienne Concept Light et son type SterilUV ; mais également la start-up lyonnaise Lod Protect . Toutes promettent un ensemble de solutions UV anti Covid-19.

Des types sécurisés

Quand dans DTS, elle détient d’abord lancé la lampe fin juin 2020, la NanoPur-T. Elle permet entre autre de désinfecter la pièce de 10 m2 en 4 minutes. Celle-ci se révèle être vendue depuis août (1 470 €). Une cinquantaine de modèles disposent de déjà été agités. La NanoPur-T se révèle être adaptée aux superficies allant jusqu’à cent m2.

Pour les espaces bien plus grands, jusqu’à 4 000 m2, DTS a développé ce modèle Serenity. Mixte de quatre lampes. “Celui-ci est plutôt bénéfique pour les professionnels de désinfection ou ces très grands capacité, comme les embarcadères ou les écoles” , détaille Adam Jelila.  

Les dispositifs scannent d’abord cette pièce et, selon la surface dans désinfecter, annoncent la durée requis à l’utilisateur. Ce dernier n’a à vocation plus qu’à lancer une machine et dans quitter la en fibre textile. Tous les appareils se trouvent être munis d’un radar de mouvement. Pour s’arrêter si oncques quelqu’un entre précédemment la fin de ce processus. Et de quoi prévenir tout risque d’irradiation. À souligner que si les falot viennent de Hongrie, la conception et la confection de ces robots se réalisent à Avignon.  

Des robots anti Covid-19 présentés au téléphone salon VivaTech 

L’entreprise a également organisé des chariots concernant le désinfections, adaptés à tous les bureaux ou aux trimbalages, un système afin de désinfecter les tactile tactiles en nonstop (pour les bornes d’informations ou encore ces distributeurs), ou encore le purificateur d’air prédestiné aux particuliers.  

Dans l’occasion du meuble VivaTech , DTS va présenter le modèle de robot de désinfection singulier. Celui-ci va cartographier les espaces mais aussi contourner les malheur, de la même façon qu’un robot aspirateur.  

Un premier original fonctionnel sera détaillé au salon. Ce dernier devrait être décliné à la vente d’ici septembre. Son tarifs n’a pas pourquoi pas été fixé, néanmoins Adam Jelila garantit qu’il coûtera “moins relatives au 10 000 euros” . “À titre du comparaison, les types similaires sont vendus en ce qui concerne 120 000 dollars aux États-Unis  (près de 100 000 €, ndlr)” , précise-t-il.  

L’entreprise participe à ce jour à une étude afin de faire entrer ces machines à ultraviolet dans les protocoles d’hygiène des hôpitaux . “Pour une chambre Covid-19, il faut aujourd’hui 1h30 de nettoyage. C’est le personnel soignant qui s’occupe du décontaminer la pièce” , explique Adam Jelila. “En combinant, un ensemble de procédés classiques dans nettoyage et bb, machine, seules 22 minutes sont indispensables. ” 

Ce procédé permettrait selon quant à lui d’économiser aussi concernant le l’eau et de l’au de javel, sollicitée pour la désinfection. “La longévité de vie d’une lampe est au sein de 9 000 chances. Ce qui représente 108 000 désinfections pour fournir une pièce de 22 m2. Nous avons chiffré que son utilisation permettrait d’économiser 270 000 litres d’eau & 27 000 litres de javel” .  

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :