La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Changement climatique : Découvrez les villes et biens immobiliers les plus menacés par la montée des eaux

https://www.novethic.fr/fileadmin/le-havre-pixabay.jpg
le havre

Publié le 04 mars 2022

ENVIRONNEMENT

C’est un risque qui est actuellement sous-évalué. La montée du niveau de la mer à cause du changement climatique menace l’immobilier en France. Le cabinet Callendar estime que 15 000 biens récemment vendus seront inondés d’ici 2050. Le spécialiste a mis en place une application qui permet aux particuliers d’évaluer les propriétés les plus menacées, la zone du Havre apparaît particulièrement à risque.

Dans quelle mesure les Français achètent-ils des biens immobiliers qui deviendront submersibles au cours des prochaines décennies ? C’est la question que s’est posée le cabinet Callendar. Il a passé au crible plus de 16 millions de transactions immobilières conclues entre mi-2016 et mi 2021. Et les conclusions sont pour le moins édifiantes : environ 15 000 transactions conclues au cours de cette période seront inondables avant 2050. “La valeur de ces propriétés au moment de l’achat était de près de 5 milliards d’euros”, précise le spécialiste de l’analyse des conséquences du changement climatique. 

D’ici 2100, les prévisions sont bien plus pessimistes. Près d’une propriété côtière sur 10 pourrait devenir inondable. Par conséquent, “les propriétaires actuels surévaluent probablement la valeur qu’ils pourront tirer de leur bien en milieu de siècle quand les risques seront mieux connus et les acheteurs mieux informés“, notent les experts. Pour évaluer ces risques, Callendar s’est appuyé sur le cinquième rapport du GIEC, le groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat qui estime que le niveau moyen de la mer pourrait atteindre un mètre dans la cadre du pire scénario. De 1901 à 2018, la hausse du niveau global s’est élevée à 20 centimètres. Une élévation plus rapide que tout ce qui a été déjà observé depuis au moins 3 000 ans.  

Des risques pas encore matérialisés

“Les zones les plus touchées par ce phénomène sont l’embouchure de la Seine, la côte Atlantique et, dans une moins mesure, la côte méditerranéenne”, indique le rapport. C’est au Havre que la valeur des futurs biens inondables impactés est la plus lourde avec plus d’un milliard d’euros. Suivi de près par Caen, Bordeaux ou Deauville. “L’élévation du niveau de la mer va progressivement rendre submersibles ou inondables des zones qui ne l’étaient pas. Comme ils ne sont pas encore matérialisés, ces risques peuvent facilement être ignorés lorsque vous achetez la villa de vos rêves avec vue sur la mer”, note Thibault Laconde, ingénieur spécialiste des risques climat et fondateur de Callendar.  

Le cabinet a mis gratuitement en ligne un outil qui permet de mesurer l’éventuelle submersion de son bien immobilier en France. Si vous habitez Trouville-sur-mer par exemple, le risque de submersion est évalué entre 2100 et 2200. “L’altitude de ce point est d’environ 8.89 mètres. Dans un scénario d’émissions pessimiste tenant compte du risque d’érosion rapide de l’Antarctique, l’élévation du niveau de la mer sur la côte la plus proche atteindrait 8,9 mètres en 2180 et jusqu’à 14,42 mètres en 2300”, précise l’application.

Objectif : adaptation

Pour Paris par exemple, l’application indique que l’endroit n’est pas directement exposé à un risque de submersion. Mais les experts stipulent : “Même en l’absence de submersion, l’élévation du niveau de la mer va créer de nouveaux risques à cet endroit : aggravation des inondations lors de tempêtes, dégradation des infrastructures locales (routes, réseaux…), intrusion de sel dans les nappes phréatiques… “.

Face à la montée des eaux, les experts du Giec prônent l’adaptation dans un nouveau rapport publié le 28 février. “En investissant dans l’adaptation maintenant, le monde évitera des investissements plus importants à l’avenir“, écrivent-ils. Mais le temps presse. “S’adapter au changement climatique est possible si le réchauffement est limité à 1,5°C ou 2°C. Tout délai supplémentaire dans l’atténuation ou l’adaptation compromet l’avenir”. Or les réponses ne sont pour l’instant pas à la hauteur de l’enjeu. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article