fbpx

Changement climatique : Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, et ce n’est que le début

Publié le 12 janvier 2022

ENVIRONNEMENT

2021 ne fait pas exception et se place parmi les années les plus chaudes alors que nous battons des records depuis 2015. La température moyenne mondiale par rapport à l’ère pré-industrielle a déjà augmenté de 1,1 à 1,2°C. Les conséquences sont déjà visibles et vont encore s’accentuer. Des chercheurs prévoient des chaleurs extrêmes une année sur deux à partir de 2030 dans plus de 90% des pays à travers le monde.

Depuis 2015, nous explosons les compteurs ou plutôt les thermomètres. Selon le dernier rapport de Copernicus, le service européen de surveillance du changement climatique, les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et 2021 ne fait pas exception en se classant à la cinquième place du podium. La température annuelle moyenne a été supérieure de 0,3°C par rapport à la période de référence 1991-2020 et de 1,1 à 1,2°C par rapport au niveau préindustriel de 1850-1900.

Carte difference temperature 2021 1990 copernicus

Parmi les régions où les températures sont le plus au-dessus de la moyenne, par rapport à la période de référence de 30 ans, figurent une zone allant de la côte ouest des États-Unis et du Canada au nord-est du Canada et du Groënland, ainsi qu’une grande partie de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Les températures les plus inférieures à la moyenne ont été relevées dans la partie à l’ouest et la plus à l’est de l’Alaska, dans le centre et l’est du Pacifique – où l’on observe les conséquences du phénomène La Niña au début et à la fin de l’année -, ainsi que dans la majeure partie de l’Australie et dans certaines parties de l’Antarctique.

Des chaleurs extrêmes une année sur deux

L’Europe a connu un été extrême, avec des vagues de chaleur sévères en Méditerranée et des inondations en Europe centrale. Globalement, si les cinq premiers mois de l’année ont connu des températures relativement basses par rapport aux dernières années très chaudes, les températures mensuelles ont toujours été parmi les quatre plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial. Les températures des 30 dernières années (1991-2020) sont proches de 0,9 °C au-dessus du niveau préindustriel.

Et ce ne sont là que les prémices de ce qui nous attend. Une autre étude, publiée la semaine dernière dans la revue Communications Earth and Environment, montre que la plupart des pays du monde (92 % des 165 pays étudiés), connaîtront une extrême chaleur une année sur deux dès 2030. Ce niveau record était attendu une fois tous les cent ans à l’ère pré-industrielle, avant l’augmentation exponentielle des émissions dues à l’activité humaine et responsables du changement climatique.

L’étude va plus loin. Elle montre la responsabilité des cinq plus gros pollueurs au monde, à savoir la Chine, les États-Unis, l’Union européenne, l’Inde et la Russie, dans le changement climatique. Sans leurs émissions de gaz à effet de serre, “seuls” 46 % pays seraient concernés par ces chaleurs extrêmes une année sur deux. Pour Lea Beusch, de l’université ETH de Zurich, l’étude met en évidence “l’empreinte claire” des grands émetteurs au niveau des différentes régions. “Je pense que c’est très important, car en général nous parlons des quantités abstraites d’émissions, ou de températures mondiales, que nous connaissons mais ne pouvons pas ressentir” explique-t-elle à l’AFP.    

Concepcion Alvarez @conce1

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article