fbpx

Climat, Covid, Explosion de la demande… Panique sur les chaînes d'approvisionnement !

https://www.novethic.fr/fileadmin/Toyota-Onnaing-Yaris-CCO.jpg

Publié le 28 septembre 2021

Pâtes alimentaires, puces électroniques, matériaux de construction… de nombreuses pénuries de matériaux émergent depuis quelques mois dans des secteurs variés de l’économie. Les sources de ces difficultés d’approvisionnement sont multiples, qu’il s’agisse de la pandémie de Covid-19 qui stoppe des lignes de production ou bien du changement climatique qui impacte les rendements agricoles. Mais toutes révèlent le manque de résilience d’une chaîne de valeur devenue mondiale.

L’explosion de la demande met sous tension la fabrication de puces électroniques

Le redémarrage des ventes de voitures après l’arrêt brutal du confinement s’est traduit par une explosion de la demande pour ces petits composants devenus vitaux pour l’industrie automobile. Mais les fournisseurs, principalement basés en Asie, n’arrivent plus à suivre d’autant que d’autres secteurs, comme la téléphonie ou l’informatique, sont également très demandeurs. Cette pénurie mondiale a mis en évidence la fragilité de la chaîne d’approvisionnement, trop fortement dépendante des usines taiwanaises ou coréennes. En Europe, une alliance pour les semi-conducteurs a été lancée cet été pour développer les capacités de production. Elle ambitionne d’atteindre 20 % de la production mondiale de puces électroniques en 2030.

Le changement climatique, un danger pour nos pâtes

À la fin du mois d’août, les amoureux des spaghettis ont eu des sueurs froides. Plusieurs événements climatiques extrêmes ont impacté les récoltes de blé dur. En Europe par exemple, les pluies hyperabondantes ont grevé les rendements. Au-delà de la quantité, c’est surtout la qualité qui a été affectée. Certaines récoltes, initialement destinées à la meunerie ont été déclassées en blé fourrager pour l’élevage. Outre Atlantique, c’est le Canada, premier pays producteur de blé dur, qui a été touché de plein fouet par des dômes de chaleur. Face à une moisson 2021 décevante, les fabricants de pâtes alimentaires tirent la sonnette d’alarme craignant une pénurie. Si les experts relativisent, le prix du blé dur a déjà grimpé de 30 %, une crise que le syndicat des fabricants de pâtes, le Sifpaf, qualifie d’historique.

Concurrence exacerbée et inflation pénalisent la reprise du BTP

Durant les périodes de confinement mondial en 2020, les chantiers ont été mis à l’arrêt. Le retard s’est accumulé. Alors que la situation sanitaire se détend, la reprise des projets se trouve confrontée à une vive concurrence, les entreprises chinoises et américaines remplissant les carnets de commandes. Résultat une pression mondiale sur tous les matériaux de construction. Rien n’y échappe : PVC, ferraille, acier, bois. Certains produits sont aussi touchés comme les roulements, le carrelage ou les tuiles. La rareté entraîne une inflation des prix ces derniers mois entre 20 % et 100 %. En France, l’État a dû diffuser une circulaire pour que ne soient pas appliquées de pénalités de retard aux entreprises du bâtiment pour les commandes publiques.

La crise sanitaire met les fournisseurs de Nike à l’arrêt

La marque à la virgule peine à se relever de la pandémie. Confrontée à un défaut d’approvisionnement, Nike a annoncé fin septembre un risque de pénurie de certains de ses vêtements et chaussures à court terme. En cause : la fermeture temporaire des usines de plusieurs fournisseurs du groupe notamment en Indonésie et au Vietnam, alors que l’Asie est touchée par une flambée des cas de Covid-19. Environ dix semaines de production ont déjà été perdues. À ce retard dans la confection s’ajoute un temps de transit plus long, passé à 80 jours entre l’Asie et l’Amérique du Nord, contre 40 avant la pandémie, en raison d’un manque de personnel et de conteneurs.

La rédaction

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article