La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Climat : Les émissions de gaz à effet de serre ont-elles baissé en France ?

https://www.novethic.fr/fileadmin/loupe-courbe-statistiques-decryptage-istock-peshkov.jpg

Publié le 18 juin 2022

ENVIRONNEMENT

En pleine vague de chaleur précoce, de nouvelles données sur les émissions de gaz à effet de serre en France en 2021 viennent d’être publiées. Mais leur interprétation suscite la polémique et l’incompréhension. D’un côté, le gouvernement se félicite d’une tendance qui reste à la baisse et qui place le pays sur la trajectoire établie. De l’autre, les associations environnementales pointent une hausse jugée inacceptable et incohérente avec les objectifs de l’Accord de Paris. Novethic vous aide à vous y retrouver.

Depuis le 14 juin, une bataille se joue entre ceux qui voient le verre à moitié plein ou à moitié vide en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement s’est fendu d’un communiqué se réjouissant de la baisse des émissions tandis qu’une dépêche APF, largement reprise dans les médias, pointait le rebond de ces dernières en 2021. Alors, les émissions ont-elles baissé ou augmenté ?

Tout dépend de la période sur laquelle on se situe. En 2021, les émissions ont bel et bien augmenté par rapport à 2020, de 6,4 %, en raison de la reprise économique post Covid-19. “La dernière fois que la France a connu une telle augmentation date de 1991 !” réagit dans un communiqué l’association Agir pour l’environnement. Mais cette comparaison par rapport à 2020 peut laisser sceptique puisque c’était une année de baisse inédite des émissions en raison de la pandémie de Covid-19.

Le gouvernement suit la trajectoire prévue

C’est pourquoi le gouvernement préfère reprendre une autre donnée. Il choisit ainsi de se référer à 2019, année pré-pandémie. Et là, les émissions sont à la baisse, de 3,8 %. Le Citepa, qui est l’organisme mandaté pour réaliser cet inventaire, note ainsi que “le rebond pré-estimé pour 2021 ne revient pas au niveau d’avant-crise : la tendance à la baisse des émissions se poursuit.” Selon ses estimations, les émissions françaises en 2021 sont de 418 millions de tonnes de CO2 équivalent (Mt CO2e), ce qui correspond à la trajectoire prévue par la Stratégie nationale bas-carbone, la feuille de route climat française.

Emissions CO2 France 2021 @Citepa

“Malgré la reprise économique de 2021, les émissions continuent de fortement baisser. C’est un bon résultat, qui montre que le gouvernement a engagé des changements structurels de nos façons de produire, de se déplacer et de consommer“, s’est félicité le gouvernement, le 14 juin, à l’issue du conseil des ministres. “Ces résultats ne sont bien sûr qu’une étape, et il conviendra d’intensifier l’effort en doublant le rythme de baisse des émissions de gaz à effet de serre dans les cinq prochaines années“, a-t-il ajouté.

Dès cet été, la nouvelle ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher promet une loi d’urgence pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables, domaine dans lequel la France accuse un sérieux retard. Le pays est le seul au sein de l’Union européenne à ne pas avoir atteint ses objectifs à 2020. Les énergies renouvelables ont représenté 19,1 % de la consommation finale brute énergétique cette année-là, contre 23 % prévus. Et la première éolienne offshore n’a commencé à produire ses premiers électrons que la semaine dernière…

Mais cette trajectoire n’est pas assez ambitieuse

La France n’a pas non plus encore traduit les objectifs européens dans sa feuille de route climat. La SNBC actuelle vise une réduction des émissions de 40 % d’ici 2030 par rapport à 1990, alors que Bruxelles a acté une diminution de 55 %. En outre, le gouvernement avait augmenté son budget carbone pour la période 2019-2023, c’est-à-dire qu’il s’est autorisé à émettre plus de CO2 afin de tenir ses objectifs, concentrant tous les efforts sur la période 2024-2028, un choix contestable à plusieurs titres.

“Pour rappel, pour être dans les clous de l’accord de Paris, les émissions devraient baisser chaque année en proportion équivalente que lors de l’année de confinement, jusqu’en 2030” indique Clément Sénéchal, porte-parole climat de Greenpeace France. “Le fait est qu’entre 2020 et 2021, les émissions hexagonales ont fortement augmenté (+25,2 millions de tonnes de CO2), effaçant la moitié des gains climatiques dus au confinement strict de 2020. À ce rythme-là, la France pourrait revenir à son niveau de 2018, dès 2022” note aussi Agir pour l’environnement.  

Concepcion Alvarez @conce1 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article