La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Comment Last Call fabrique des produits ménagers avec nos invendus alimentaires

1347088231 78f7a722341e23791d81eb6bfa2458f621d5d085debb87c5bf7e3756e9d0c95a d 960

Partagez cet article

Oui, Erasmus ouvre aussi les portes de l’entrepreneuriat ! C’est en Irlande, voilà cinq ans, qu’Émilie Reynaud a eu l’idée de fonder Last Call, un nouveau projet qui lutte contre le gaspillage alimentaire, mais très particulier. « Cela me fendait le coeur de voir tout ce qui se jetait », se souvient la jeune femme de 25 ans, qui participait à des distribution d’invendus alimentaires. À son retour, l’étudiante en marketing décide de lancer un projet particulièrement original : utiliser des invendus alimentaires pour fabriquer des produits ménagers.

Considérant qu’un tiers de la production alimentaire mondiale part à la poubelle, selon cette étude de la FAO, soit environ 1,3 milliard de tonnes par an, elle précise : « cela implique un gaspillage de grandes quantités de ressources nécessaires à la production alimentaire, mais aussi des émissions superflues et évitables de gaz à effet de serre ».

Plus proche de nous, en France, chaque habitant jette en moyenne selon l’Ademe 150 kilos de nourriture à la poubelle chaque année. Pour Émilie Reynaud, « c’est un scandale social, mais aussi un fléau écologique car on produit de la nourriture tout en émettant du CO2, pour qu’un tiers de la production parte à la poubelle ».

Un spray nettoyant multi-usage comme premier produit

Avec Last Call, l’idée d’Émilie Reynaud est simple : proposer « des produits ménagers simples et faciles à utiliser, conçus à partir d’aliments gaspillés ». Par exemple en utilisant le citral contenu dans les citrons. La première idée, c’est un spray nettoyant multi-usage. Mais à terme, elle veut proposer une gamme complète de produits ménagers, jusqu’à une litière pour chats imaginée avec des invendus de pain.

Émilie Reynaud est convaincue que nombre de consommateurs seront intéressés par le procédé. Mais elle sait aussi qu’elle n’y arrivera pas seule : elle a lancé une invitation aux laboratoires et aux industriels pour mener à bien son idée. Et relever le défi avec elle !

Partagez cet article

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :