fbpx

COP26 : des syndicats du monde entier organisent un forum international inédit pour allier les luttes sociales et climatiques

https://www.novethic.fr/fileadmin/bandeau_CGT.jpg

Publié le 23 juin 2021

Pour la première fois, 140 organisations syndicales et ONG issues de 50 pays organisent un forum syndical international des transitions écologiques et sociales qui se tiendra du 14 au 19 juin. Face aux menaces que fait peser le changement climatique sur l’emploi, ces acteurs sont mobilisés pour poser les bases d’un texte commun visant à rendre audible la voix des travailleurs. Avec un premier objectif : porter les revendications lors de la COP26.

80 millions. C’est le nombre minimum d’emplois qui pourraient être détruits d’ici 2030 à cause du réchauffement climatique et du stress thermique qu’il engendre – une chaleur supérieure à ce que le corps peut tolérer – selon l’Organisation Internationale du Travail. Pour le responsable du développement international de la CGT, Pierre Coutaz, la problématique ne peut pas être ignorée plus longtemps : “Nous savons que changement climatique aura des effets sur la quantité et la qualité de travail à l”avenir”.

C’est de ce constat qu’est né un projet inédit : l’organisation d’un premier Forum syndical international des transitions écologiques et sociales. Du 14 au 19 juin, quelque 145 organisations, des syndicats et une poignée d’ONG issues de cinquante pays, ont échangé par le biais de visioconférences et d’ateliers. Avec un objectif précis : coopérer en vue de la prochaine conférence mondiale sur le climat (COP 26) de Glasgow en novembre. Le contexte est particulièrement tendu alors que les gouvernements, qui ont achevé trois semaines de discussions préparatoires le 17 juin, peinent à s’entendre sur la mise en œuvre des objectifs de l’Accord de Paris.

Porter les revendications au-delà de la COP26

Les différentes organisations ont élaboré un texte qu’elles entendent porter collectivement lors des négociations. Le document s’appuie sur six axes principaux. Parmi eux : la nécessité d’inclure les travailleurs dans le processus de décision, la défense de la maîtrise publique des activités impactant l’environnement, le rééquilibrage des arbitrages dans le cadre du commerce international ou encore l’élaboration de critères de conditionnalités strictes aux plans de relance.

Mais le texte n’est pas figé, et le travail doit encore se poursuivre. “L’idée est de mettre en place une structure permanente, indépendamment des rendez-vous institutionnels comme les COP”, ajoute Pierre Coutaz. D’autant plus que le succès a été au rendez-vous : l’initiative a rassemblé près de 9 000 inscriptions et plusieurs milliers de connexions, selon les organisateurs du forum . “Cela prouve que le forum comble un vide”, estime le syndicaliste. “Il n’existait pas encore d’espace d’échange entre syndicats sur le changement climatique”, ajoute-t-il.

En France en tout cas, syndicats des travailleurs et ONG écologistes créent de plus en plus de ponts, surtout depuis la crise des Gilets jaunes. Lors des Marches pour le climat, des militants écologistes ont scandé, main dans la main avec les Gilets jaunes : “Fin du monde, fin du mois, même combat”. Le 1er mai 2020, à l’occasion de la fête du Travail, 25 organisations associatives, écologistes et syndicales appelaient à se mobiliser sous la bannière “Plus jamais ça” afin d’imaginer, ensemble, le monde d’après et d’éviter une explosion sociale à la sortie du confinement. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :