fbpx

Covid-19 : le monde au chevet de l’Inde



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

L’ambiance a considérablement changé en quelques semaines en Inde. Alors que le pays triomphait en février dernier, certain d’avoir vaincu l’épidémie, le retour en trombe de celle-ci ces derniers jours met le pays dans une situation de crise sanitaire grave. « Depuis plusieurs jours, le rebond soudain de l’épidémie de Covid-19 a fait exploser le système de santé du pays, qui ne parvient pas à juguler son rythme infernal. A New Delhi, le personnel recourt à des crémations de masse pour incinérer les corps des victimes, qui s’entassent dans les morgues saturées des hôpitaux. Les établissements de santé manquent de tout, de lits en soins intensifs, d’oxygène, de médicaments… Le pays avait, à tort, affirmé avoir vaincu l’épidémie, lorsque, à la fin de janvier, il comptait à peine 9 000 contaminations quotidiennes. Au début de février, avec le retour du printemps, il flottait un air de libération et d’insouciance. Il n’a fallu que quelques semaines entre mars et avril pour que le pays soit emporté par une véritable tempête » raconte Le Monde.

Un emballement terrible qui a poussé plusieurs pays dont la France à dépêcher de l’aide matérielle. Le Royaume-Uni est le premier à avoir réussi à acheminer des ventilateurs et concentrateurs d’oxygène. Le pays s’est engagé à expédier neuf conteneurs aériens d’appareils utiles pour la prise en charge respiratoire des patients. « De son côté, la France a précisé la nature de son « opération de solidarité » qui doit arriver en Inde d’ici à la fin de la semaine. Il s’agira de 8 unités de production d’oxygène médical par générateur, de conteneurs d’oxygène liquéfié – 5 seront acheminés dans un premier temps –, permettant d’alimenter en oxygène médical jusqu’à 10 000 patients sur une journée, ainsi que du matériel médical spécialisé contenant notamment 28 respirateurs, a précisé l’ambassade de France », ajoute le quotidien français. Une aide qui s’ajoute à celle promise sans précision par l’Union européenne et l’Allemagne. Les Etats-Unis se sont quant à eux engagés à envoyer des tests rapides et équipements de protection ou respirateurs mais aussi des composants pour la production de vaccins.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article