fbpx

Dans les Vosges, un circuit automobile bidon

Le collectif d’opposants craint également que 35  000 mètres cubes d’eau polluée par l’activité des voitures de course ne s’infiltre dans les nappes phréatiques vosgiennes chaque année. Gomme des pneus, hydrocarbures, poussières de frein, métaux lourds… Rien n’est prévu pour traiter ces eaux. Tout va être filtré comme par magie par 6 bacs à gravillons, d’une épaisseur de 25 centimètres. Un système inutile selon plusieurs experts en la matière. « C’est passé comme une lettre à La Poste. Et on n’imagine même pas s’il y a des fuites de réservoir dans les bacs à gravillons. »

Le maire n’est pas tout blanc

Mais pourquoi donc laisser les coudées franches à un projet aussi démentiel ? Sans tenir compte de l’enquête publique dissimulée à la hâte aux citoyens, les élus locaux prétextent la création de plusieurs emplois dans la région. Certains sont encore plus enthousiastes, comme Philippe Nicolas, le maire de Puzieux, une des deux villes qui accueillent le projet. Après avoir épluché le dossier, le collectif Coupe-circuit a découvert que l’élu avait pris des parts dans la société, neuf mois avant d’accorder lui-même le permis d’aménager du circuit automobile. Pis, le siège social de la société du circuit automobile a été domicilié à l’adresse du maire. Celui-ci est actuellement suspecté de prise illégale d’intérêts par Anticor 88.

Clément Villaume

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :