fbpx

Data et intelligence artificielle : les 3 clés pour optimiser la performance de l’entreprise

Chroniques d’experts

Sponsor Content, Sponsorisé à travers Capgemini

Le 14/10/2021

data et IA

© Getty Photographies


Temps important de lecture: viii minutes

Une quorum de dirigeants se trouvent être convaincus que à elles données constituent le capital à saigner et que l’intelligence artificielle peut améliorer cette productivité et la exploit commerciale de à elles organisation. Pourtant, simple une infime minorité de sociétés réussissent à déployer ces outils dans leur intégralité mais aussi à engranger les résultats du référencement escomptés. Les principes des Data Masters , ces entreprises lequel ont réussi dans maîtriser leurs portées et à étendre des outils d’intelligence artificielle, montrent cette voie à garnir. La réussite de caci passage à l’échelle repose sur trois items clés : rendre les éléments pertinentes accessibles, envisager l’importance du secteurs humain et insérer cette démarche – cœur de la excuse globale de l’entreprise.

Les chiffres se trouvent être surprenants et sasn plus appel. Une étude réalisée récemment, menée auprès dans 500 entreprises, tocante que plus de 60% d’entre elles ne se trouvent être pas capables d’exploiter, de façon maximum, la puissance de leurs spécifiques données. Plus inquiétant bien, si 53% spécilisés dans ces fameuse organisations ont transporté leurs projets IA jusqu’en production, uniques 13% d’entre elles-mêmes sont parvenues dans déployer plusieurs “routines” IA au sein de à eux équipes. Cela s’explique notamment par caci constat : seuls 20% des dirigeants disposent de confiance en à elles données, tout simplement vu que celles-ci sont les maintes fois de mauvaise top.

En fonction cette même expertise, les Data Masters , les entreprises qui peuvent utiliser leurs portées et l’intelligence artificielle de manière maximum, enregistrent des exploit commerciales et en matière de crédit et nettement supérieures à tous les autres  : +70% en mots de revenus rapportés au nombre de travailleurs et +22% sur la termes de rentabilité. Le gain évolue entre 30 & 90% en matière pour obtenir fidélisation client, d’efficacité opérationnelle et de réduction des coûts. Cette conclusion est claire : maîtriser ses portées confère désormais atout compétitif durable.

L’enjeu à destination des entreprises réside de ce fait dans la capacité dans « passer dans l’échelle », c’est-à-dire à déployer mieux largement les instruments qui sont à à eux portée, afin de pouvoir conclure parti du côté offert par les portées. L’expérience des Data Masters tocante que la réussite consiste en la prise sur la compte de 3 éléments clés.

Déplacer les «  fières données  » abordables

Ce premier élément regarde l’organisation des portées au sein de l’entreprise. Ces dernières sont de plus en plus multiples et hétérogènes au sein de la mesure où elles-mêmes proviennent de origines diverses: informations maison de nature méthode, commerciale (clients, fournisseurs, partenaires, etc. ), financière, juridique, RH, etc.; études proposent un marché; sondages; communautés internet telles facebook; articles, etc. Parallèlement, les données sont classiquement cloisonnées en prétexte de l’existence au sein de « silos », qui peuvent être liés à de multiples critères: organisation verticale proposent un l’entreprise, absence web entre les départements, multiplicité des enseignes, filiales en France et/ou à l’étranger, et autres.

Une option intéressante repose d’abord à propos de la sélection des portées pertinentes. Les entreprises bénéficient, en général, d’un patrimoine abondant mais les données ne se trouvent être pas forcément pratiques. D’où l’importance d’identifier celles sur lesquelles l’organisation a la nécessité de travailler, enfin de mettre efficaces des systèmes relatives au collecte et de processus. Au cours d’une dernier étape, les Data Masters font naitre une ou différentes plateformes de manière à pouvoir donner les données au sein de l’entreprise, en fonction des besoins un ensemble de différents collaborateurs. Touchant à tels outils doivent, bien évidemment, inclure le dispositif rigoureux concernant le sécurité et de secret.

Ce dernier n’y a, du secteur, pas de modèle particulier. Chaque entreprise est contraint de construire sa irréprochable solution. Certains plus gros établissements, notamment dans les produits de consommation, bénéficient de nombreuses marques & d’une organisation décentralisée, d’où une mode naturelle au cloisonnement des données. Comme est le cas, pour ne citer que cela, d’ Unilever  qui contrôle à peu près 400 marques au sein de 190 pays, acquises chaque jour par deux, 5 milliards dans consommateurs dans le monde ! Ce éléphant du B2C s’est positionné en style start-up, en confectionnant des unités dédiées : les People Data Center (PDC). À eux mission est d’analyser les différentes portées relatives au leitmotiv des consommateurs – plusieurs centaines proposent un millions chaque jour – et de fournir le aperçu complet mais aussi concret ( insights ): compréhension de la excuse et des tendances; aide et segmentation; procédés; fusions-acquisitions et veille concurrentielle; analyse un ensemble de canaux, etc. Ces PDC ont été déployés dans 30 contrées. L’information peut être produite rapidement et partagée en temps réel au sein du domaine, afin de déclencher un ensemble de actions concrètes. Elle-même peut permettre, pour ne citer que cela, à une enseigne en difficulté en pays « Peut » de profiter des enseignements tirés dans un pays « B », site sur lequel la même marque détient réussi, et de réajuster ainsi la excuse. Le succès de la solution est tel qu’Unilever a commencé dans commercialiser ce noumène auprès d’autres sociétés.

Communiquer, expliquer, déposer

Cette deuxième clé touchant à réussite réside au sein de la prise en réunit du facteur humain. Cette transformation digitale se révèle être souvent perçue tel que étant destructrice d’emplois à grande échelle , alors par rapport aux statistiques montrent l’absence de lien chez automatisation et pourcentage de chômage. L’intelligence artificielle demeure mystérieuse et suscite un ensemble de craintes. La directorat générale doit impérativement se saisir de sujet et développer comment l’exploitation des data et de l’intelligence artificielle peut avoir un ensemble de effets concrets pas, spécialement en termes d’emplois. Il faut démystifier, rosser en brèche ces idées reçues, savoir que les data se trouvent être un actif capital de l’entreprise. Il existe indispensable également d’intégrer la dimension morale dans la communication et montrer que les instruments envisagés sont sous phase avec les précepts de respect de transparence, de la liberté individuelle et de le monde privée.

Tout ceci doit se présenter comme complété par tant point de surveillance: s’assurer de la montée en compétences un ensemble de collaborateurs concernés, au moyen d’ la mise en place dans programmes d’accompagnement et formation. La avancée numérique offre une suite d’outils innovants pouvant être mobilisés: e-learning, webinars, serious games (combinant troupe et ressorts ludiques), hackatons autour de une donnée, etc. Une formation est un objet essentiel pour construire une relation fiable et favoriser l’adhésion des équipes. Sans plus appropriation du entreprise par les collaborateurs, ce déploiement des plus appropriés outils technologiques se trouvera être immanquablement voué dans l’échec.

L’importance de stratégie

Enfin, pour donner un vrai Data Master , l’entreprise se doit de considérer qu’exploiter du façon optimale ces data et l’intelligence artificielle est le cœur de la stratégie globale au sein de transformation. L’enjeu se révèle être de véritablement refaire l’organisation, et un principal défi, lorsque on évoque cette stratégie, est icelui de son exécution. Ces exemples de réussites, en matière de data et d’intelligence artificielle, montrent l’importance de méthodologie de déploiement des outils mais aussi, en particulier, de la structuration de la démarche auprès d’un centre d’excellence capable de faire exonder des cas d’usages et de les essaimer.

Un groupe minier & métallurgique Eramet  s’est joué dans une attitude de transformation avec, le cœur du réacteur, l’exploitation des data et de l’intelligence artificielle. Le projet, d’envergure mondiale, couvre la totalité de la chaîne du valeur du domaine, qu’il s’agisse d’optimiser le mix bioénergétique des installations, d’extraire du minerai relatives au manière sélective afin de garantir une domaine durable des moyens de production, ou encore de prédire les risques industriels en temps réel.

L’originalité du entreprise réside dans la mise en œuvre. Une Data Foundry , une équipe pluridisciplinaire traitant les données générées des systèmes d’information, ces drones et ces capteurs connectés réalités en nombre au sein des sites industriels de groupe, a été élaborée. Celle-ci a pu concevoir et risquer des produits d’intelligence artificielle, qui permettent de faire grandir des solutions relatives au maintenance prédictive un ensemble de équipements, de faciliter une prévision et la réduction des temps pour obtenir cycle de ébauché et d’optimiser une chaîne logistique et procédés. Dans un deuxième temps, ces techniques ont pu être éployées avec succès dans l’échelle locale. Par conséquent, en Norvège mais aussi en Nouvelle-Calédonie, cette production des alliages de manganèse et nickel a été augmentée grâce à l’analyse d’informations basée sur l’IA. Et en Suède, Erasteel, filiale d’Eramet, précurseur de la métallurgie des poudres, possède mis en place une appli afin d’optimiser la durée de mise en ligne des aciers importante performance aux chaland.

Les différents exemples ont démontrées que, en matière proposent un data et de l’intelligence artificielle, il n’y a pas de type unique. Chaque société doit concevoir mais aussi déployer sa impeccable solution, en fonction de ton histoire, de la culture, de son style de fonctionnement et de le type de son activité. Quiconque d’elles est, pour obtenir ce point pour obtenir vue, un cas de figure particulier. La réussite consiste en la prise de compte de la singularité.

L’écosystème des data, nouvelle source d’avantage concurrentiel durable

A l’avenir, ces Data Masters auront tendance dans devenir des Data-sharing Masters . Il y a, de fait, une prise au sein de conscience croissante un ensemble de gains que a la possibilité apporter la groupe des données, au pied de la forme du offre, de l’échange ou bien de la collaboration chez organisations. Selon une étude réalisée récemment, les écosystèmes documentaires améliorent la bonheur des clients, génèrent de nouveaux moyens, stimulent la productivité et contribuent dans réduire les prix.

Cependant, là pourquoi pas, la plupart des entreprises ne tirent pas profit spécilisés dans ces fameuse bénéfices potentiels. En effet, 61% des organisations s’engagent principalement dans des écosystèmes de données impliquant le partage de données facile et de faibles plans de collaboration, & seules 39% d’entre elles transforment ces informations basées sur les éléments en un avantage concurrentiel durable.

Les entreprises doivent combiner d’une stratégie forte en matière d’écosystèmes documentaires et prendre un ensemble de décisions le bien plus tôt possible. Une remise en œuvre dans petite échelle, empreinte d’une extension dans un niveau bien plus élevé, tout en attaquant les questions pour obtenir confidentialité, d’éthique, fiable et d’exigences réglementaires, garantira des atouts durables. Selon l’étude citée précédemment, 48% des entreprises interrogées prévoient de lancer au sein de nouvelles initiatives d’écosystèmes de données et 84% d’entre elles un feront dans les 3 prochaines années.

Je suis déjà abonné, nous me connecte

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article