Logo COBEL Le Blog
La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

De la COP27 à la COP15 : pas d’élan politique pour un accord ambitieux sur la biodiversité à Montréal

https://www.novethic.fr/fileadmin/COP15-Biodiversite-Justin-Trudeau-premier-ministre-canadien-BRYAN-RSMITHAFP.jpg
COP15 Biodiversite Justin Trudeau premier ministre canadien BRYAN RSMITHAFP

Publié le 25 novembre 2022

ENVIRONNEMENT

Alors que la COP27 sur le climat vient de s’achever, c’est un autre sommet qui va débuter dans quelques jours, la COP15 sur la biodiversité, du 7 au 19 décembre à Montréal, au Canada. L’enjeu est là aussi très important puisqu’il s’agit d’adopter de nouveaux objectifs mondiaux pour lutter contre la perte de biodiversité. Mais aucun élan politique n’a été envoyé d’une COP à l’autre et les observateurs craignent un échec.

Malgré la pression, la décision finale de la COP27 de Charm el-Cheikh n’a pas créé de pont avec la COP15, un autre sommet international majeur, portant sur la biodiversité, qui se tiendra à Montréal, au Canada, à partir du 7 décembre. Si le texte consacre pour la première fois une section aux forêts et aux océans, et mentionne les solutions fondées sur la nature, il reste silencieux sur l’urgence d’un accord mondial sur la biodiversité à Montréal.

Quelques jours avant la clôture du sommet égyptien, les architectes de l’accord de Paris avaient pourtant lancé un appel pour un leadership “audacieux” afin de conclure à Montréal “un accord jumeau de celui de Paris”. “Atteindre zéro émission nette d’ici 2050 n’est possible que si nous agissons également maintenant pour créer une société favorable à la nature”, écrivent Laurence Tubiana, l’ancienne ambassadrice française pour le climat ou encore Laurent Fabius, le président de la COP21. En vain.   

Une COP15 sans chefs d’État

“La COP27 prive le prochain rendez-vous pour la nature d’un élan politique dont elle a encore grandement besoin pour protéger et restaurer la biodiversité, pourtant rappelée à la COP27 comme une alliée incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique”, explique le WWF France dans un communiqué. Dans un rapport publié pendant la COP27, l’ONG a rappelé que la nature avait déjà absorbé 54% des émissions liées aux activités humaines.  

Ce manque de leadership politique à la COP27 est d’autant plus inquiétant que la COP15 devrait se tenir sans chefs d’État. La Chine, qui préside la conférence, n’a invité que les ministres et responsables d’ONG à y participer. De quoi alimenter la crainte des observateurs d’un échec des négociations, pourtant cruciales. La COP15 doit en effet permettre d’adopter un nouveau cadre mondial post-2020 pour lutter contre la perte de biodiversité d’ici à 2030. Mais à ce jour, malgré plusieurs réunions, le texte est encore loin d’être abouti et compte de très nombreux mots entre crochets, symbolisant les désaccords.  

Un One Forest Summit, au Gabon, en mars 2023

En marge de la décision finale, la COP27 a tout de même été marquée par plusieurs annonces en matière de biodiversité. Dans son discours à la tribune, le 7 novembre, Emmanuel Macron s’était longuement attardé sur le sujet, “indissociable de celui du changement climatique”. Il a annoncé le lancement d’un programme de préservation positive qui permettra d’établir des “contrats politiques et financiers avec des pays disposant d’importants écosystèmes naturels”. La Colombie, le Gabon ou encore les Philippines font partie des premiers signataires. Un One Forest Summit, à l’instar du One Planet Summit et du One Ocean Summit, se tiendra à Libreville, au Gabon, en mars 2023.  

Pendant le sommet de Charm el-Cheikh, la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples a également annoncé que 112 pays soutenaient désormais l’objectif de protéger 30% des terres et des mers d’ici à 2030, l’un de ceux qui seront défendus à Montréal. Et un nouveau partenariat a été signé entre le Brésil, dont le nouveau président élu, Lula, a été accueilli avec ferveur à Charm el-Cheikh, l’Indonésie et la République démocratique du Congo pour travailler sur la préservation de leurs forêts tropicales. Cet accord appelle à l’indemnisation de ces trois pays par la communauté internationale pour la réduction de la déforestation. Comme à la COP27, les financements seront au cœur des discussions de la COP15.

Concepcion Alvarez @conce1

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article