La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Décarbonation de l’industrie : le gouvernement prêt à doubler l’aide à 10 milliards d’euros en échange d’un effort accru

https://www.novethic.fr/fileadmin/Arcelor-Mittal-Dunkerque-Ministeredel-Economie_01.jpg
Arcelor Mittal Dunkerque Ministeredel Economie 01

Publié le 08 novembre 2022

ENVIRONNEMENT

Emmanuel Macron a rencontré ce mardi 8 novembre les représentants des 50 sites industriels les plus émetteurs de CO2. Le chef de l’État leur propose de doubler l’aide publique pour leur décarbonation, afin d’atteindre 10 milliards d’euros, s’ils s’engagent en retour à doubler leur effort en la matière.

Ciment, aluminium, acier, engrais, sucre ou carburants… mardi 8 novembre, en pleine COP27 sur le climat en Égypte, les dirigeants des cinquante sites industriels français les plus émetteurs de CO2 étaient conviés à l’Élysée pour voir combien cela coûterait de continuer à produire en France sans réchauffer la planète. Il s’agit des sites sidérurgiques d’Arcelor Mittal à Dunkerque ou Fos sur Mer, des cimenteries de Vicat, Lafarge ou Calcia, des usines chimiques du Grand Est, de l’étang de Berre ou de Normandie, des fabricants d’engrais Yara ou Borealis, de la verrerie d’Arcques, ou encore des raffineries d’ExxonMobil et TotalEnergies en Normandie. Au total, ils pèsent pour 54% des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie, le secteur représentant 20 % des émissions nationales.

La carte des 50 sites industriels les plus émetteurs de CO2, publiée par Radio France.

“Si des projets et des sites sont identifiés d’ici à 18 mois, si vous doublez vos efforts (..) nous doublerons les moyens consacrés à cet enjeu et passerons l’enveloppe de 5 à 10 milliards d’euros d’accompagnement”, a promis le chef de l’État devant les industriels. Il identifie trois technologies critiques à soutenir en priorité : la production d’hydrogène décarboné, la capture et stockage de CO2, et le développement de la biomasse pour des usages qui n’ont pas d’alternative.

“Donnant-donnant”

“L’idée est d’être dans une logique donnant-donnant”, avait lancé Roland Lescure, le ministre de l’Industrie, au micro de France Inter mardi matin. “Cela va coûter beaucoup d’argent, mais si on ne la fait pas en France, la décarbonation des cinq haut fourneaux dont ArcelorMittal dispose en France se fera ailleurs”, a-t-il prévenu. ArcelorMittal à lui seul représente 25% des émissions des industriels présents à l’Elysée, et 4% des émissions françaises. “Je veux que les haut fourneaux soient décarbonés en France plutôt qu’on aille chercher notre acier ailleurs”, ajoute le ministre.

Selon une étude commandée par le Medef à Rexecode, la décarbonation de l’ensemble de l’économie française nécessite d’augmenter les investissements dès que possible pour arriver entre 2,1 et 2,9 points de PIB en 2030, soit de 58 à 80 milliards d’euros. Pour les entreprises, cela représente une croissance des efforts d’investissement comprise entre 10 et 13%, soit entre 31 et 43 milliards d’euros par an sur un flux actuel de 320 milliards d’euros.

Concepcion Alvarez avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article