La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Désormais à la tête du gouvernement, Élisabeth Borne relance son plan vélo



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

En 2017 déjà Élisabeth Borne avait donné de la voix pour le vélo. Alors qu’elle était ministre des Transports elle avait appelé à ce que ce que mode de déplacement soit mieux considéré par le secteur qui l’occupait. Désormais à la tête du gouvernement elle a défendu un nouveau coup de pouce. 

« Outre le développement du « Savoir rouler à vélo », dont ont déjà bénéficié 180 000 enfants et qui doit en concerner 800 000 chaque année, le « plan vélo » est doté d’un budget de 250 millions d’euros pour 2023. Cette somme s’ajoute aux 900 millions investis depuis 2018, selon Matignon, sous forme de fonds versés aux collectivités, de soutien à l’investissement local et de certificats d’économie d’énergie financés par les entreprises polluantes » relève Le Monde.

Si la somme est importante, en comparaison avec les montants injectés dans les infrastructures de déplacement c’est peu. « En France, les collectivités territoriales souhaitant financer des infrastructures ont pu répondre, depuis 2018, à cinq « appels à projets » successifs. Les fonds de l’Etat contribuent ainsi à aménager des pistes cyclables, des carrefours protégés, des passerelles au-dessus de voies routières ou ferroviaires ou des locaux de stationnement. Pour 2023, 50 millions d’euros seront affectés au stationnement, notamment près des gares. En quatre ans, 933 projets ont été accompagnés, qui concernent « 600 territoires ». Parmi eux, on compte surtout des métropoles et des communautés d’agglomérations, même si d’autres niveaux de collectivités ont lancé leurs propres chantiers inédits. Le département d’Ille-et-Vilaine a ainsi présenté en avril 2021 un projet de 70 millions d’euros visant à construire des infrastructures cyclables reliant des communes rurales. La région Grand-Est a lancé en juillet une « stratégie à 360 degrés » (et à 125 millions d’euros) qui inclut la création d’un système de location de vélos dans les gares, comme celui qui existe aux Pays-Bas » poursuit le quotidien.

Le principal trou dans la raquette concerne les petites villes ou villages qui ne pourront certainement pas bénéficier de l’aide. Sans surprise, et malgré le terme de « Nation vélo » utilisé par Élisabeth Borne, ce sont surtout les centres urbains qui sont concernés.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article