fbpx

[Édito] Déconfinement et élections : un cocktail explosif sans campagne sur le fond

https://www.novethic.fr/fileadmin/Eurovision-Maneskin-Rock-VladimirAstapkovich-Sputnik-Sputnik-via-AFP.jpg

Publié le 24 mai 2021

De mai 2020 à mai 2021, la tonalité des débats a complètement changé. Elle est passée des réflexions autour du Monde d’après à l’obsession sécuritaire à base de violence, séparatisme et colère(s). Tournant en boucle dans les débats organisés à longueur d’antenne par les chaînes tout info, ces débats ont une influence sur le vote des électeurs. Les Régionales de juin vont-elles être le contrepoint à la poussée de renouveau des Municipales ? Question ouverte à un mois du scrutin.

À un an d’écart, le climat des déconfinements français est bien différent. En mai 2021, le débat sur le sentiment d’insécurité et la balkanisation de la France avec des communautés qui seraient dressées les unes contre les autres, bat son plein. Cette crise qui ne dit pas son nom a des résurgences violentes, des éruptions de colère destructrice, en France comme dans le reste de l’Europe. Le raz de marée de voix des téléspectateurs de L’Eurovision qui a fait du groupe italien Maneskin le grand gagnant du concours, donne un son et une image à cette colère. Musique Rock Metal, torse nu et un leader androgyne accusé d’avoir pris de la drogue en direct pendant le concert.

On est très loin des mélodies kitsch et sucrées qui ont fait la légende de l’Eurovision. L’émission qui réunissait 200 millions de téléspectateurs dont 3,6 millions de Français avaient pourtant pour mission de renouer un lien musical transfrontalier entre les peuples. Cela n’a pas empêché le vote des citoyens européens rivés devant leurs écrans depuis le début de la pandémie d’aller au rock énervé de Maneskin. Ils ont ainsi balayé les espoirs de la lumineuse française Barbara Pravi qui défendait la chanson à texte et en français.

Ouvrir les frontières mentales

Voter pour une chanson par téléphone et mettre un bulletin dans l’urne sont en principe de nature très différente mais peuvent relever de la même impulsion : un défoulement plus ou moins violent contre la situation dans laquelle la pandémie a plongé le pays. Le Garde des Sceaux Éric Dupont-Moretti a résumé le climat à dominante sécuritaire du moment par une phrase lapidaire : “la délinquance n’a pas augmenté, la violence si“. Or limiter les inégalités sociales et se tourner vers un modèle plus résilient est une façon, d’endiguer la violence. C’était l’essence du débat sur le Monde d’Après qui avait le mérite d’offrir des perspectives constructives même si tout le monde n’avait pas envie d’ouvrir ses frontières mentales pour penser un monde différent.

Le résultat des élections municipales en juin 2020 et l’élection surprise de maire écolos inconnus dans les grandes villes ont montré le soutien d’une partie importante des électeurs. Ils retournent aux urnes fin juin pour les Régionales et baignent aujourd’hui dans des débats qui ont fini par mettre l’hypothèse autoréalisatrice de l’élection de Marine Le Pen aux Présidentielles de 2022 à la Une de nombreux journaux, comme Challenges.

À force de regarder dans le rétroviseur en invoquant le retour des Trente Glorieuses sans s’interroger sur ce qu’elles doivent au Programme des Jours Heureux de la Résistance, on risque d’hypothéquer toute relance verte. C’est pourquoi le sociologue Jean Viard essaie de ranimer la flamme en offrant un récit à cet avenir constructif avec son livre qui vient de paraître “La Révolution qu’on attendait est arrivée“. À défaut de campagne électorale où on parlerait transports, pollution, biodiversité, économie circulaire, modes de vie, on peut espérer qu’il soit lu par les candidats aux élections régionales comme présidentielles et nourrisse les prochains débats électoraux pour que voter redevienne synonyme de choix de société.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :