fbpx

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

https://www.novethic.fr/fileadmin/Rentree-mediatique-metamorworks.jpg

Publié le 30 août 2021

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les propositions de fonds sur l’adaptation au changement climatique…

La rentrée médiatique est quasi exclusivement axée sur les Présidentielles. Elles mobilisent le ban et l’arrière-ban des spécialistes de la politique et des mouvements de partis. L’emblématique Alain Duhamel, 81 ans, chroniquera sa onzième campagne présidentielle sur BFMTV. Il est en tête de ce visuel diffusé par la chaîne montrant la mobilisation de ces 17 experts en politique. Pourtant, l’été 2021 a été celui de toutes les catastrophes naturelles, en France en Allemagne, en Belgique en Grèce, en Espagne, au Canada, aux États-Unis, en Haïti, en Kabylie, au Sénégal… Elles sont venues illustrer l’impératif besoin d’une adaptation rapide aux nouvelles conditions créées par le changement climatique !  

Cette équation environnementale devrait, en principe, être au cœur des débats de la rentrée politique. Le sixième rapport du GIEC a fourni une alerte claire et étayée sur les effets déjà irréversibles et le mode d’emploi à mettre en œuvre pour ne pas empirer les dégâts à lancer dès maintenant. Il devrait théoriquement servir de livre de chevet à tous les aspirants candidats supposés être interrogés, quel que soit leur bord politique, sur ce monde d’après déjà là ! Autre angle d’attaque possible : la préservation de la biodiversité. Elle va rassembler à Marseille ceux qui comptent dans ce domaine, venus du monde entier au Congrès mondial de la nature (UICN), enfin organisé du 3 au 11 septembre.

Sécurité contre environnement

Plusieurs membres du gouvernement ont prévu de s’y rendre, sans doute stimulés par le choix d’Emmanuel Macron de s’y déplacer pour annoncer, en même temps, son plan pour Marseille et ouvrir l’évènement. Mais cette alliance devrait renforcer l’effet de loupe sur le premier sujet : la lutte contre les trafics de drogue et leurs règlements de compte. Il a un focus sécurité qui elle est en tête des programmes politiques alors que la nature reste une affaire de spécialistes et d’experts, comme si elle ne concernait pas tout le monde !

Construire l’agenda politique autour du sempiternel cocktail sondages/chevaux de course est de plus en plus paradoxal puisque le triste record d’abstention des Régionales a montré le désintérêt des électeurs pour cet aspect de la politique. Le risque de vouloir faire avaler à tout prix cette potion à l’opinion publique est de ne pas la préparer à la transition rapide vers une économie bas carbone et inclusive qui devient de plus en plus nécessaire.

La crise du Covid-19 a remis en cause beaucoup de dogmes et d’activités économiques et elle offre une opportunité formidable de réorienter massivement du modèle dominant Si les questions écologiques très concrètes sont posées comme telles par ces innombrables analystes, commentateurs et éditorialistes politiques dans leurs toutes nouvelles émissions, il faudra bien que les politiques de tous bords construisent des réponses adaptées susceptibles de ramener les électeurs vers les urnes.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article