fbpx

[Édito] Roland Garros : le sport business met à mal le rendez-vous du public avec cette fête populaire

https://www.novethic.fr/fileadmin/gasquet-nadal-roland-garros-Anne-Christine-POUJOULAT-AFP.jpg

Publié le 04 juin 2021

Les plus belles affiches du tournoi de Roland Garros ont été programmées à 21 heures cette année. Une belle initiative. Mais entre le couvre-feu et l’acquisition des droits de ces rencontres par Amazon, bien peu de fans de la petite balle jaune en profitent autant qu’ils l’auraient souhaité. Le sport business est inéluctable et sa marche à grand pas vers l’absurde est impressionnante.

Quand arrive fin mai, il est un rendez-vous que quasiment tous les Français, même ceux qui ne sont pas friands de sport, associent au retour des beaux jours, aux révisions du bac et à l’approche des vacances. C’est Roland Garros et sa belle terre rouge. Cet événement récurrent rythme la société, à l’instar des vacances scolaires ou de jours fériés…Mais cette année pour la première fois depuis 1987, tous les matchs ne sont pas visibles sur l’une des chaînes du groupe France Télévisions. Jusqu’aux quarts de final du tournoi, toutes les “night sessions”, ces matchs programmés à 21h (une innovation 2021), sont à voir sur Amazon Prime Video.

Ce n’est pas une nouveauté : le sport, même les plus populaires, est de plus en plus accessible uniquement sur des chaînes payantes. C’est le cas de la ligue 1 de football, du Top 14 en rugby, des matchs de l’UEFA, des grands championnats de boxe, de la Formule 1, etc. Le sport demande maintenant aux Français, comme aux autres téléspectateurs du monde entier, d’ouvrir leurs portefeuilles pour payer une redevance à Being Sport, Canal+, RMC Sport, Amazon… C’est la loi du sport Business et il serait naïf d’imaginer que ces modèles ne se multiplieront pas à l’avenir. Pourquoi ne pas imaginer demain devoir payer pour regarder la coupe du monde de football, les JO, le Tour de France, le tournoi des VI nations…

Un spectacle un peu triste

Mais attention à ne pas tomber en “absurdie” ! Hier soir, jeudi 3 juin, Amazon, comme le veut le contrat, s’était réservé la plus belle affiche de la journée : la rencontre entre le Français Richard Gasquet et le monstre espagnol Rafael Nadal. Mais en plus de n’avoir qu’un nombre réduit de téléspectateurs, ce match s’est joué sans public, en raison du couvre-feu à 21h. Résultat, les revers fulgurants de Gasquet et les frappes lourdes liftés de Nadal ont été produits dans un silence assourdissant. Quant à la détresse du Français du premier set (6-0), elle n’a pas pu être secourue par les “Allez Richard ! ” descendus des tribunes. En vérité, ce spectacle était un peu triste.

Alors il ne s’agit pas de manquer de lucidité, le sport professionnel n’est pas là que pour réjouir les foules. Il génère beaucoup d’argent et nos sportifs ou sportives favoris sont aussi des hommes-sandwichs pour leurs sponsors. Une pression d’ailleurs parfois trop lourde à porter, comme on l’a vu pour la joueuse japonaise Naomi Osaka qui a quitté le tournoi. Celle-ci ne voulait plus participer aux conférences de presse afin de “préserver sa santé mentale“, mise à mal depuis sa victoire à l’US Open 2018.

Du coup, est-ce que le bilan de ce Roland Garros a de quoi réjouir les sponsors ? Pas sûr que la publicité faite par deux joueurs qui s’affrontent seuls sans spectateurs et peu de téléspectateurs soient extrêmement valorisante. L’image n’est peut-être pas bien meilleure pour la Fédération Française Tennis (FFT), en mal de nouveaux licenciés (-30 % en 30 ans) et qui voit sa génération dorée (Tsonga, Monfils, Siimon, Gasquet) s’approcher de la retraite sportive. Et histoire de se faire mal une dernière fois, le probable et attendu quart de final entre Novak Djokovic et Roger Federer en quarts de finale sera aussi sur Amazon Prime Video…

Ludovic Dupin, @LudovicDupin

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article