fbpx

Empoisonnement au chlordécone : annonce de nouvelles actions judiciaires



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Les dossiers en cours risquent-ils de s’essouffler ? D’autres seront lancées répondent les organisations guadeloupéennes actives sur le dossier du chlordécone. « La menace d’un possible non-lieu  après la plainte  pour empoisonnement déposée en 2006 dans l’affaire du chlordécone ne passe pas. Après des manifestations aux Antilles ces derniers mois, l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) annonce trois actions judiciaires. En premier lieu, le syndicat a déposé une requête en référé devant le tribunal administratif de Paris afin d’obtenir le financement, à hauteur de 40 millions d’euros (M€), de la cartographie de la pollution en Guadeloupe. Celle-ci n’est réalisée « qu’à 8 % malgré 23 ans de soit-disant efforts de l’État », dénonce l’UGTG, qui estime que le quatrième plan chordécone n’est pas à la hauteur des enjeux. Le syndicat demande également une provision de 100 M€ afin d’indemniser immédiatement les propriétaires de parcelles polluées » explique Actu-Environnement.

Le site spécialisé ajoute qu’une plainte pour faux témoignage va être déposée devant la Cour de justice de la République contre l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn et l’ancien ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. « Enfin, il dépose une plainte devant le procureur de la République de Paris contre le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, et le directeur général de l’alimentation, Bruno Ferreira. Le syndicat estime que les ministres et hauts-fonctionnaires ont menti sous serment pour disculper l’État devant la commission d’enquête parlementaire qui a remis ses travaux en décembre 2019 » continue l’article.

Les démarches judiciaires s’appuient sur le fait que des études scientifiques ont établi la toxicité du chlordécone depuis la fin des années 1960. « Alors qu’en 1969, la commission des toxiques avait refusé la commercialisation du chlordécone, l’État a organisé une violation de la législation pour commercialiser massivement ce produit en Guadeloupe et en Martinique de 1972 à 1993 », argumente le responsable de l’UGTG, Eli Domota, cité par Actu Environnement.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes