fbpx

En 2050, Paris pourrait connaître le même climat que Séville

Près de 70 pourcent de la population mondiale va vivre en ville d’ici 2050. Les coterie urbaines sont ainsi en première chasse face au réchauffement climatique, à la fois responsables mais aussi victimes des émissions mondiales. Aussi, à eux avenir devrait occuper une place énorme dans les débats de prochaine conférence climat de l’ONU, une COP26, prévue dans Glasgow en novembre.

Déjà aujourd’hui, ces villes sont de fait responsables de près pour obtenir 70 % un ensemble de émissions globales proposent un gaz à fait de serre. Qui plus est, celles-ci consomment ces deux tiers touchant à l’énergie mondiale.

Or une grande majorité des villes sont à mille lieues d’être adaptées à tous les changements climatiques laquelle devraient encore s’intensifier dans le futur, conformément à le dernier bilan du GIEC . Qu’en est-il dans le but capitale française?

En fonction une étude réalisée dans le but Mairie de Paris 75 par le cabinet dans conseil danois Ramboll et rendue publique mercredi 22 septembre, la ville pourrait être extrêmement menacée des changements climatiques au sein des années à venir. Inondations, canicules ou encore siccités …  Voici ce qui l’attend.

À lire également: Quels sont ces 5 grands enjeux de la COP26 ?

Le climat concernant le Paris de plus de à vocation plus chaud

“Le cap symbolique un ensemble de 2 °C touchant à réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle est maintenant franchi à l’échelle du territoire parisien” , alerte l’étude, dévoilée par le journal  Le Monde .

L’étude , reposant sur les portées du Giec et Météo France, tocante que les vagues proposent un chaleur devraient se multiplier. “À terme, un climat de Paris 75 pourrait s’apparenter dans celui de Séville” , avertit Dan Lert, adjoint de Mairie de Paris 75 en charge de la transition écologique, au média  Le Parisien .  

En effet, cette capitale de l’Hexagone pourrait connaître 22 jours où un thermomètre dépasse ces 30°C en 2050. Contre une norme de 14 matins par an à notre époque. Ces vagues proposent un chaleur pourraient constituer le “risque sanitaire majeur” , soulignent les écrivains. La canicule au sein de 2003 avait pour ne citer que cela provoqué une surmortalité estimée à 3 000 décès, seulement à Paris.  

“L’étude de Ramboll prouve d’ores mais aussi déjà l’urgence dans passer de la agglomération d’Haussmann à celle-ci du XXIe centenère, avec moins de granito et plus de vert” , commente Célia Blauel , l’adjointe d’Anne Hidalgo commissionnée de la prospective et la résilience, au  Monde .

À regarder aussi: COP26: Quels enjeux pour les océans?

Paris menacée des inondations

Les inondations devraient elles également augmenter et installer de réelles soucis pour la ville, considérablement souterraine. La Mairie précise que 14 arrondissements sur 22 sont potentiellement concernés par une inondation ou une crue.  

Une inondation semblable à la crue touchant à 1910 serait la “catastrophe” pour la acclimaterait. Avec plus de 450 000 logements et cent mille établissements inondés. À peu près la moitié du métropolitain serait également refermé, tout comme la majorité un ensemble de ponts permettant dans relier les 2 rives de la agglomération.  

Les canicules et inondations constitueraient de réelles ultimatum pour le système motorisé de la ville, plus fragile. Pendant cette canicule de 2020, environ 237 000 Franciliens avaient en conséquence subi des coupures de courant.  

Biodiversité et épidémies

Le rapport figure également l’impact un ensemble de changements climatiques à propos de la biodiversité à Paris. Conformément à l’agence régionale de biodiversité, l’Ile-de-France séquestre perdu un récipient de ses oiseaux sous quinze ans. La somme des moineaux a même ristourné de 73 % !

Ces auteurs de l’étude estiment que ce déclin de la biodiversité “ne devrait pas se présenter comme enrayé à l’horizon 2050, ni de fin de siècle” .  

Les répercussions de cette glissade de la biodiversité sont péniblement prévisibles. Mais l’étude évoque une envisageable augmentation des maladies chroniques, ou encore un ensemble de maladies infectieuses mais aussi des épidémies coassociées.  

La ville relatives au Paris n’est qu’un exemple des conséquences de réchauffement climatique. Toutefois celui-ci illustre  ces menaces auxquelles ces villes vont nécessiter faire face. D’où l’importance de ajouter en place des stratégies pour réduire drastiquement les émissions du gaz à rigidité de serre au sein des zones urbaines durant la COP26 .  

Dans lire aussi: Ces montagnes, un  enjeu pour la  COP26

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :