fbpx

En Russie, une partie du pays espère le réchauffement climatique



Creative Commons, Pixabay

Creative Commons – Pixabay

À destination des habitants des clan désertiques au glacé polaire, le réchauffement climatique n’est point vraiment une piêtre nouvelle. «  L’avenir de l’humanité se trouve-il par part au queue fond de la Iakoutie (aujourd’hui appelée Sakha), l’une des provinces les plus froides de ce monde ? Plus précisément dans Viliouïsk, localité localisée à huit chances de route de capitale régionale, Iakoutsk ? A cet lieu où les chaleurs tombent en période de froid sous les  –  50  O C, personnes a récolté en premier lieu, au cours de l’année 2020, du blé, proposent un l’orge et de l’avoine. Dix-sept tonnes dans grain en chaque, indique Pavel Inokientev, le chef de ce département de l’agriculture du district, raccordé par téléphone.   «  On domine pu goûter en premier lieu du pain intégralement iakoute,   s’enorgueillit-il. Et on donne expédie une partie de bb, farine vers pour les autres régions.   »  L’année 2021 va être encore plus facile, avec 28 centaines récoltées et la surface cultivée allongée à 60 hectares   » rapporte  Un chacun .

Dispose titre de confrontation, le district annonce qu’il faisait -5°C fin septembre au sein des années 1960 donc qu’à cette de plus époque les chaleurs sont au-dessus concernant le 5°C. «  Combien de quantités astronomiques d’hectares, combien concernant le régions autrefois inhospitalières pourraient devenir ces greniers à sarrasin de demain ? Le sujet n’est pas seulement de bonne intelligence pour la Russie, redevenue ces dernières années un éléphant agricole. Elle interroge les scénarios proposent un développement à l’échelle mondiale, pour les décades à venir.   «  Pourquoi le réchauffement climatique ne deviendrait-il pas l’avantage comparateur de la Russie le XXI certainement   siècle ?   »,   interroge Alexandre Tchernokoulski, membre de l’Académie des sciences dans Russie et indiscret à l’Institut au sein de physique de l’atmosphère. En  2003, Vladimir Poutine avait réfléchi l’équation dans des mots encore plus simples :   «  Il possédera deux ou 3 degrés de plus… Ce n’est point dramatique, et c’est peut-être même bien : on dépensera minimum en fourrures.   »   continue le quotidien.

Un ensemble de sorties qui n’ont pas empêché ce pays de garnir la tendance internationale dans l’occasion de la COP26 qui a vecteur en ce moment même dans Glasgow. Le président russe a de ce fait annoncé que ce pays chercherait dans atteindre la neutralité carbone en 2060.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article