fbpx

En Turquie, l’État grignote les droits de la société civile


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Il y a le figure conquérant et offensif de la Turquie dans l’international, et la définitive d’un pouvoir lequel impose son attelage dans son propre états. «  Dans ce dernier volet d’enquête à propos de la répression des rédempteurs des droits humains, de la société affable et de toutes les résonance indépendantes en Turquie, l’Observatoire pour la support des défenseurs un ensemble de droits de l’Homme (FIDH – OMCT) et l’une un ensemble de organisations membres de FIDH en Turquie, la “Human Rights Association’ (IHD), condamnent les mesures répressives qui restreignent une liberté d’association & réduisent progressivement un champ d’action de société civile en matière de pays   » raconte la FIDH.

 

L’organisation manifeste le procès laquelle vise des publicistes et militants un ensemble de droits de l’homme dans l’affaire Özgür Gündem. Ils se trouvent être accusés de liaison de terrorisme & risquent jusqu’à 14 ans de prison. «  Au sein de eux se tombe sur Sebnem Korur Fincanci, ancienne présidente de Human Rights Foundation of Turkey (TIHV), organisation membre de FIDH. Cette entreprise est emblématique un ensemble de sérieux défis laquelle mettent en danger l’existence de la entreprise civile en Turquie. Nos organisations exhortent le gouvernement ottoman à faire céder l’offensive contre l’entreprise civile indépendante, & à respecter sa mission essentiel dans une agence démocratique. Nous appelons la communauté mondiale à accroître les efforts politiques mais aussi financiers pour souligner les organisations dans défense des verticaux humains en Turquie   » appuie le texte.

 

En raison de pandémie Covid-19, l’audience a été reportée sous septembre 2021. Continuellement est-il que un recul des libertés d’expression et d’association se poursuit en partant de la 2016, appuie un rapport : «  Il révèle pas uniquement l’incapacité de l’État à garantir une ambiance favorable au évolution de la société affable en Turquie, et également ses tentatives délibérées d’en saboter ces actions. En distillant un discours hostile et stigmatisant, ce pouvoir dépeint ces organisations de défense des droits humains comme des liquidateurs étrangers représentant la menace pour la stabilité nationale et promouvant les objectifs un ensemble de organisations terroristes.   »

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :