fbpx

Ente le télétravail et le présentiel, les entreprises tentent un numéro d'équilibriste

https://www.novethic.fr/fileadmin/WeWork-Bureaux.png

Publié le 10 mai 2021

Pendant plus d’un an, des millions de Français ont testé le travail cinq jours par semaine à leur domicile. Entre la sensation d’isolement et la détresse psychologique, ce télétravail poussé à l’extrême a montré ses limites. Mais il a également contribué à repenser nos organisations de travail. Alors que le gouvernement appelle à plus de flexibilité, les entreprises optent massivement pour un modèle hybride, où triomphe l’équilibre entre le présentiel et le travail à distance. 

Certains l’attendent avec impatience, d’autres le craignent. Quoi ? Leur retour au bureau. À partir du 9 juin, “le télétravail sera assoupli avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises”, a indiqué le chef de l’État fin avril. Est-ce le retour de la ritournelle métro-boulot-dodo ? Pas vraiment car la crise sanitaire a marqué un vrai tournant dans l’organisation du travail. Elle a été un “accélérateur” de changement, souligne Laurent Termignon de Willis Towers Watson.  

Le cabinet a mené son enquête annuelle auprès de 120 décideurs RH. Il en ressort que 82 % des entreprises ont formalisé un accord sur le télétravail alors qu’elles n’étaient que 38 % avant la crise sanitaire. “D’ici la fin de l’année, quasiment toutes les entreprises de plus de 500 salariés auront adopté un accord sur le sujet“, croit Laurent Termignon. Chez PSA, la révolution du télétravail est en marche. Le groupe vient de signer, en accord avec les syndicats, l’extension du travail à distance. Désormais le télétravail pourra être pratiqué d’un à trois jours par semaine selon la volonté du salarié. Ceux qui ne le souhaitent pas, n’auront pas l’obligation de travailler à distance. 

Le Covid-19, un déclic

Comme le constructeur automobile, d’autres entreprises ont décidé de pérenniser ce mode de travail, à l’instar de la MAIF. Pour certains dirigeants, plutôt réticents avant la pandémie, cette dernière a été un vrai déclic. “Honnêtement, je percevais le télétravail comme un frein au travail d’équipe mais aussi à la productivité”, confie un entrepreneur dans l’électroménager préférant rester anonyme. “Avec la pandémie, je n’ai pas vraiment eu le choix et j’ai pris conscience que le télétravail était compatible avec notre activité“. Pour Laurent Termignon, la possibilité de télétravailler va devenir et devient déjà un enjeu majeur d’attractivité dans les recrutements. 

La problématique est désormais de trouver le bon équilibre. Car ce mode de travail, poussé à l’extrême, a viré à l’écœurement pour certains salariés. Le dernier Baromètre sur le sujet réalisé par OpinionWay pour le cabinet Empreinte Humaine a mis en exergue un phénomène inquiétant : un télétravailleur sur deux serait en situation de détresse psychologique. D’où la volonté des entreprises de se tourner vers un modèle hybride qui permettra de s’adapter, de lutter contre l’isolement tout en gardant certains bénéfices du travail à distance comme le gain de temps lié au transport.

Des bureaux flexibles

“ll faut absolument un mixte. Le télétravail à temps plein, on l’a vu, n’inspire pas la créativité et l’innovation. On enchaîne les réunions virtuelles et on frôle le burn-out. Après 18 mois de travail à la maison, les salariés ont envie de sortir de chez eux”, estime Rebecca Nachanakian, directrice générale France, Italie et Espagne de We Work, un groupe qui met à disposition des locaux et des services de coworking pour les employeurs. Si Rebecca Nachanakian prêche évidemment pour sa paroisse, le baromètre d’Empreinte Humaine a montré une très forte diminution des salariés désirant poursuivre le télétravail à 100 %.

À cela s’ajoute la question du coût pour les entreprises. Car louer des locaux alors que les salariés exercent au moins 20 % de leur travail à domicile, devient vite coûteux. “Le passage à un modèle hybride va obliger les entreprises à repenser leur portefeuille immobilier et l’aménagement de leurs bureaux”, souligne We Work. Si certaines entreprises réfléchissent à sous-louer les bureaux vides à des freelance, d’autres préfèrent louer des espaces. C’est le cas du groupe FM Logistic qui envisage de louer des tiers-lieux à la demande “pour prendre en compte les attentes des salariés”. 

Marina Fabre, @fabre_marina

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :