La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Entre télétravail et vie de bureau, le coeur des Français balance

shutterstock 1591212466 scaled 1

A quoi ressemblera le monde du travail demain ? Sans doute à un mix assez équilibré entre télétravail et vie de bureau. Ce sont en tout cas les conclusions d’une étude* baptisée “L’anatomie du travail” et menée par le cabinet GWI pour la plateforme Asana, un outil de gestion des tâches et événements en équipe. Une enquête qui a ciblé exclusivement les “travailleurs de la connaissance”, c’est-à-dire des personnes dont le travail consiste à développer et utiliser du savoir en back office plutôt que de produire des marchandises ou des services. Premier constat de cette enquête menée en octobre 2021 : la manière de travailler des Français a bien évolué depuis le début de la pandémie.

“Avec le développement du télétravail, ils sont plus concentrés et consacrent ainsi 33 % de leur journée au travail qualifié, une augmentation de 27 % par rapport à l’année précédente, explique Asana dans un communiqué. À l’inverse, le temps alloué à la stratégie a connu une chute vertigineuse de 36 % et représente aujourd’hui moins de 10 % de leur journée de travail.” La productivité est donc au rendez-vous mais les difficultés organisationnelles ont un impact. “En moyenne, 58 % de la journée de travail est passée à coordonner les activités”, insiste Asana.

Télétravail : un équilibre souhaité entre le bureau et la maison

Les Français réclament un monde du travail plus hybride. Dans l’idéal, ils aimeraient passer 23 heures par semaine au bureau et 17 heures à leur domicile (un partage basé sur une semaine théorique de 42h). Un souhait assez proche de la réalité : à l’heure actuelle, ils passent en moyenne plus de 27 heures par semaine au bureau et seulement 13 heures à leur domicile.

Le bureau reste donc un incontournable, notamment pour des moments clés de la carrière, comme commencer un nouvel emploi (67 % déclarent alors vouloir être dans les locaux de l’entreprise pour une meilleure intégration). De même, dès lors qu’il est question de se former, le distanciel est souvent perçu comme un obstacle : une personne interrogée sur deux préfère assister aux formations et autres trainings au bureau. Enfin, les Françaises et Français actifs s’accordent aussi pour remettre en question la multiplication des visioconférences. “Plus d’un sur deux préfèrent mener leur réunions en tête-à-tête au bureau”, assure Asana.

*Méthodologie : cette étude quantitative a été menée en octobre 2021 par GWI auprès de 10 624 “travailleurs de la connaissance” dans dans sept pays du monde (Australie, France, Allemagne, Japon, Singapour, Royaume-Uni et États-Unis). Asana et GWI ont collaboré à l’élaboration du questionnaire et évalué le comportement des personnes actives ciblées en Australie, en France, en Allemagne, au Japon, à Singapour, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article