La COBEL Academy propose différentes dates et formats de Webinaires & Master Class

Environnement et économie : l’équation insoluble de la surconsommation


Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Nous consommons trop et les effets sur l’environnement sont dévastateurs. S’il existe un consensus là-dessus, les enjeux économiques et sociaux d’une forte consommation posent une équation complexe. L’inflation historique que nous vivons a un impact sur la consommation et nous rappelle l’importance de celle-ci pour la croissance du PIB. Et pourtant, à la lecture d’une série d’articles du « Monde » en cinq épisodes intitulée « Surconsommation : l’impasse » on s’interroge.

« Quelques chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) en témoignent : si les Français pensent posséder 34 appareils électriques et électroniques par foyer, ils en détiennent, en fait, 99 en moyenne, dont 6 jamais utilisés. Entre 54 millions et 110 millions de smartphones dorment dans les tiroirs et 2,5 tonnes d’objets en moyenne sont accumulés dans les logements, soit 45 tonnes de matières mobilisées pour les fabriquer » lit-on parmi tant d’autres observations qui font écho à notre quotidien.

Avec la recherche légitime de croissance économique pour des raisons évidentes d’emploi et de niveau de vie, la consommation est très logiquement notre principal carburant. « Et, pourtant, le rythme de production et de consommation ne décélère pas, avec des ventes record observées en France dans de nombreux secteurs, en 2021. Les Français ont acheté pour 3,7 milliards d’euros de jeux et de jouets en un an (+ 5,1 % de boîtes par rapport à 2020). Dans le luxe, les ventes des géants du secteur affichent une croissance à deux chiffres. Dans l’équipement de la maison, 57,3 millions d’appareils de petit électroménager (+ 0,9 %) et 16,6 millions d’appareils de gros électroménager (+ 4,6 %) ont été vendus, en France, en 2021 » relève Le Monde.

Il n’y a pas de solution miracle, ni de gêne à reconnaitre que l’équation est insoluble. Pour l’heure il est urgent de continuer à évaluer et essayer de limiter les impacts environnementaux et sociaux des secteurs. Puis, petit à petit, de réorganiser les cycles de vie des produits pour que la consommation soit elle-même à l’origine de nouveaux secteurs leviers de croissances : recyclage, reconditionnement, collecte ou production locale.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :