fbpx

EXPO – L’Amazonie puissante et fragile de Sebastião Salgado

Indiens Marubo, Vallée de Javari, État d’Amazonas, en Amazonie Brésilienne, 1998 © Sebastião Salgado

Indiens Marubo, Vallée de Javari, État d’Amazonas, en Amazonie brésilienne, 1998 © Sebastião Salgado

Indiens Marubo, Vallée de Javari, État d’Amazonas, en Amazonie brésilienne, 1998 © Sebastião Salgado

Menacée, mais bien vivante et même chantante. Alors que l’Amazonie subit la politique de la terre brûlée du président Jair Bolsonaro, une exposition rend un vibrant hommage au “poumon de la planète”.

La star de la photographie brésilienne Sebastião Salgado, auteur des séries pharaoniques Genesis ou Exodus, réunit cette fois 200 clichés géants de l’Amazonie à la Philharmonie de Paris, à partir du 20 mai. Une exposition événement, visuelle mais aussi sonore dont WE DEMAIN est partenaire. Et une belle façon de célébrer la réouverture des lieux culturels.

Lianes géantes, cascades sculpturales, cieux gorgés d’eau prêts à exploser… Pendant six ans, sur terre, sur l’eau, dans les airs, le photographe a sillonné l’Amazonie, parvenant à restituer la force de la nature que ceux qui l’ont traversée peuvent ressentir.

Rio Jutaí, État d’Amazonas, Brésil, 2017 © Sebastião Salgado
Archipel fluvial de Mariuá, Rio Negro, État d’Amazonas, Brésil, 2019 © Sebastiao Salgado

Compositions de Jean-Michel Jarre

Une exposition immersive et multisensorielle. “Le Brésil est un pays musical, la musique a été mon fil conducteur“, confie Sebastião Salgado dans la présentation de l’exposition. Tout au long du parcours, une œuvre composée par Jean-Michel Jarre à partir de sons de la forêt est diffusée en stéréo.

Deux salles proposent aussi des expériences sonores. L’une autour d’un poème symphonique du compositeur brésilien Heitor Villa Lobos. L’autre autour de musiques d’ethnies amérindiennes. Cinq petits films de 10 à 15 minutes produits pour l’exposition leur donne également la parole.

Car si cette nouvelle super-production en noir et blanc sublime la puissance de l’Amazonie, elle témoigne également de sa fragilité et des menaces qui pèsent sur ses gardiens ancestraux. Près de 20 % de la forêt amazonienne a en effet disparu en trente ans.

À lire aussi : À la chasse aux médicaments du futur en Amazonie

Forces et fragilité de l’Amazonie

Chaman Yanomami en rituel avant la montée vers le Pico da Neblina, Etat d’Amazonas, Brésil, 2014 © Sebastiao Salgado

“Il y a quelques centaines d’années seulement, nous vivions dans la forêt. Nous formons une partie de la nature, de l’espèce animale, de la biodiversité. Nous devons la protéger pour nous protéger nous-mêmes”, plaide le photographe.

Indienne Yaminawá, État d’Acre, Brésil, 2016 © Sebastiao Salgado

Qui ajoute : “L’exposition a pour vocation de nourrir le débat sur l’avenir de la forêt amazonienne. Nous devons le mener tous ensemble, dans une optique internationale, et avec les organisations indigènes”.

Famille Korubo, État d’Amazonas, Amazonie brésilienne, 2017 © Sebastiao Salgado

Pour cela, cette exposition sur l’Amazonie sera d’ailleurs présentée dans plusieurs villes du monde. Amazônia est programmée à la Philharmonie de Paris jusqu’au 31 octobre, mais aussi à São Paulo, Rio de Janeiro, Rome et Londres en 2021. 

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :