fbpx

Faut-il continuer à brainstormer ?

Chroniques d’experts

Novation

Le 08/06/2021

© Getty Photographies


Temps important de lecture: 6 minutes

Le abêtirais s’est imposé au sein de toutes les organisations tel que la méthode par excellence afin de générer de inspirations créatives et innovantes. Pourtant, il pourrait être bien moins efficiente qu’il n’y semble.

Un brainstorming est une méthode collaborative de réponse à de problèmes laquelle repose sur la tendance spontanée d’idées des membres d’un domaine. Le principe de la technique repose sur une hypothèse forte: plus ce groupe produit d’idées, plus il connaît de chance d’en trouver de bonnes.

Pour cela, la formule du brainstorming s’appuie sur un décret stricte, constitué relatives au quatre règles: (1) proposer un maximum d’idées; (2) être éventré aux idées folles et inhabituelles; (3) ne pas dénigrer les idées un ensemble de autres; (4) s’appuyer sur les idées un ensemble de autres pour faire grandir de nouvelles offre. Cependant, si cette popularité de la technique dans les entreprises se révèle être incontestable, le brainstorming se révèle être de plus en plus controversé sur la planète académique .

À tous les origines du abêtirais

La procédure du brainstorming fut élaborée dans les décades 1930 par Alex Osborn (1888-1966), le publicitaire américain, fondateur de la célèbre établissement de publicité BBDO. Il popularise la formule avec plusieurs projets: «  How to Think Up  » (1942), «  Your Creative Power: How to Use Imagination  » (1948) mais aussi «  Applied Imaginaire: Principles and Procedures of Creative Problem Solving  » (1953).

Possède partir de son vécu professionnelle, Alex Osborn constate que, au sein des entreprises, les processus décisionnels classiques inhibent cette créativité au outil de l’encourager . Il observe sommaire la plupart des idées générées au sein d’un groupe sont évaluées trop rapidement, provoquant ainsi l’élimination systématique des idées inhabituelles mais aussi décourageant les gens de proposer de romanes solutions originales. Ce dernier offre donc la nouvelle méthode afin de favoriser l’idéation touchant à propositions créatives de le distinguant de ce processus de résolution.

Alex Osborn expérimente donc avec ses collaborateurs publicitaires une technique qui vise à rompre les phases pour obtenir génération et de association des idées. La 1ère phase consiste dans générer et dans partager le bien plus d’idées possibles sasn plus les évaluer ni les juger. L’évaluation des idées a outil dans un second célérité. Ces séances se trouvent être rapidement surnommées «  brainstorming  » des équipe de BBDO, car il s’agit d’un effort cognitif («  brain  »: «  cerveau  » en français) afin de proposer des techniques à un souci difficile («  storm  »: «  orage  » en français).

Le mythe du abêtirais

Ce brainstorming a en conséquence été inventé afin de aider les commerciales à trouver de inspirations originales pour à eux campagnes publicitaires . Les enjeux du conception de récents produit et d’innovation sont ainsi extrêmement étrangers à l’élaboration de la méthode. Néanmoins, au fil du temps, acclimatées a été associée à tous les phases d’idéation au sein de la conception de nouveaux produits innovants.

Le glissement s’explique particulièrement par les interventions médiatiques de certains maître économiques perçus tel que de grands innovateurs. C’est le cas concernant le Steve Jobs dans la vidéo de 1985 , qui un montre en disposant séance de abêtirais chez NeXT: les équipes exposent quelle que soit décontraction leurs prestations au sujet de la génération d’un nouvel pc. D’une certaine façon, cette films a contribué dans imposer dans l’inconscient collectif le mythe de séance de fraîcheur collective comme fondement du processus d’innovation. Autre exemple: Bill Gates, qui présente sous 2008 le concept du «  Think Week  » pour expliquer ce processus d’innovation parmi Microsoft. Si un terme «  brainstorming  » n’est point cité, toutes les indispositions sont bel mais aussi bien reprises: recréer beaucoup d’idées, échanger à leur filet sans les régler, améliorer une idée dans partir des divers. Enfin, la célèbre films d’IDEO sur la génération d’un nouveau chariot dans supermarché innovant, sous 1999, a aussi renforcé l’importance un ensemble de séances de fraîcheur dans les processus d’innovation.

Le brainstorming, la méthode controversée

Dès cette fin des années 1950, des études scientifiques testent les hypothèses de ce brainstorming et veulent tenter évaluer son efficience pour des tâches créatives. Différents travaux de recherche périment l’hypothèse selon laquelle une génération d’idées solidaires permet d’améliorer une créativité. Au contraire, ils démontrent par rapport aux individus travaillant uniques sont plus spéciaux que ceux laquelle travaillent au coeur d’un groupe. Les résultats sont confortés par de neuves études, qui exposent trois principaux critères expliquant ce évènement: cette paresse sociale , l’appréhension de l’évaluation et le enraiement de la production .

Une paresse sociale s’apparente au problème de passager clandestin. En collectif, certains individus ont la possibilté de décider de minimum s’impliquer et de minimum s’investir, paralysant donc la performance globale du groupe. C’est pourquoi, pour atténuer le phénomène, il est habituellement conseillé de débuter un brainstorming via une phase individuelle.

L’appréhension d’une mauvaise évaluation des choses proposées peut induire des comportements mimétiques et des effets relatives au conformisme . Malgré le fait que les règles de brainstorming soient détaillées sur ce sujet, la peur d’un jugement mais aussi d’une évaluation négative par les autres membres du groupe est en mesure générer de l’autocensure et empêcher une génération d’idées remarquables.

En définitive, le brainstorming suppose que les individus aient loisir s’écouter les certains les autres durant une séance. Par conséquent, notre seule personne a la faculté de s’exprimer à la fois. Afin de écouter, les autres frère doivent donc comprimer la production d’idées pour la repousser à long terme. Ce blocage de production d’idées a la possibilité avoir deux conséquences: l’oubli de offre originales et l’autoévaluation négative de quelques idées.

La fraîcheur, ce n’est point l’innovation

Plus récemment, de romanes études ont évalué la relation entre une quantité et la top des idées dans les sessions d’idéation. Contrairement au téléphone postulat d’Alex Osborn, une quantité d’idées générées n’améliore pas la qualité touchant à celles-ci . Ce dernier n’y a par ailleurs aucune corrélation chez la quantité donc la qualité des idées générées. Il est donc préférable de se concentrer sur la qualité des choses, en améliorant cette capacité du domaine à en discerner la valeur, plus que de trouver à en maximiser le nombre. En encourageant les participant dans s’appuyer sur les prestations des autres,   la technique de ce brainstorming s’avère contre-productive . Ceux lequel l’utilisent ne font naitre en fait pas à vocation plus d’idées, et ces idées qui s’appuient sur les idées précédentes ne sont point meilleures.

Enfin, créativité et novation ne sont point synonymes . Acquérir de bonnes idées se présente comme un bon début, cependant cela n’est point suffisant. Encore doit-on mettre en œuvre la bonne image, c’est-à-dire la déplacer désirable, utile, évidente et soutenable économiquement. C’est pourquoi l’innovation est surtout entreprise de management. Miss nécessite de rassembler des connaissances pluridisciplinaires, des compétences nombreux et de faire en espèce que les idées romanes ne soient point rejetées par l’organisation, les habitudes ou les contraintes financières. Ainsi, il vaut plus pratique avoir peu beaucoup de bonnes idées et se trouver être en mesure de ces concrétiser que l’inverse.

Du brainstorming de conception innovante

Pour la recherche sous ingénierie de la génération , la théorie de la conception innovante, ou théorie C-K , offre un recentre méthodologique alternatif au téléphone brainstorming. A une différence du abêtirais, le raisonnement relatives au conception innovante s’appuie sur un processus incrémental de génération d’idées originales , pénétré par une gestion précise des savoirs-faire. Le projet fécond évolue en fonction des appréciation mobilisées et de cette production de romanes connaissances.

Cette méthode a pour vocation de tisser des expéditions entre les outils mobilisées, les savoirs-faire manquantes et ces nouvelles idées. L’objectif se révèle être de privilégier cette génération d’un poignée de propositions remarquables, ayant une large valeur d’usage, en explorant des procédés de rendre les propositions désirables mais aussi réalisables. Cette excuse permet ainsi de piloter un processus créatif en cartographiant les idées générées, tout en contrôlant à eux variété, leur récompense, leur originalité & leur faisabilité.

Je suis dès à présent abonné, je me connecte

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Les dernières publications :