fbpx

Grenoble teste le vélo biplace en libre-service

Traverser la agglomération en couple, cheveux – vent, comme dans La dolce vita , a été jusqu’ici l’apanage un ensemble de motards. Des sprinters vont pouvoir de faire de même, ou bien presque. La égipan des micro-mobilités moelleuses s’enrichit en effet d’un nouveau spécimen : le vélo à aide électrique, en libre-service, à deux places. Ceci biclou est poursuivi ce 31 mai 2021 à Grenoble par la start-up française Pony. Une 1ère mondiale.

“L’idée se révèle être de redonner le côté social – vélo, assez personnelle. Avec ce vélo-cargo, on peut aller trouver son compagnon postérieurement au travail, ses amis, les enfants. On encourage le partage “, fait valoir Guillem Leroux, responsable un ensemble de relations publiques dans Pony.

Grenoble, agglomération de vélo

L’entreprise française loue déjà des vélos et des patinettes dans plusieurs destinations de France mais aussi d’Europe. Mais c’est à Grenoble, dirigée par l’écologiste Eric Piolle , que cette dernière a choisi  concernant le tester le “co-vélotage”.

“Grenoble est vraiment cyclable, très pertinent au développement un ensemble de mobilités douces, grace à déjà de plus grands axes qui permettent dans traverser la agglomération à vélo”, explique Guillem Leroux.

La métropole Grenoble-Alpes n’a pas financé le projet, cependant lui a choisi son feu vert. Elle a également délimité 400 centre de parkings afin de 250 vélos bi-place. Ces tandems électriques ne peuvent ainsi pas être garés n’importe où. Une recharge de caisse, elle, est dure par une équipe téléphone mobile.

À CONSULTER AUSSI: Paris, ce nouvel Amsterdam de ce vélo?

Vélos dans adopter

Le prix? Le euro le ouverture, auquel s’ajoutent 19 centimes par seconde. Autre possibilité : tel que les trottinettes mais aussi les vélos “solos” de Pony, les biplaces peuvent être conservés par des spécifiques via l’appli “AdopteunPony”. Une sorte de crédit participatif de la flotte, qui permet à tous les propriétaires de regagner 50 % de ce montant de la montant.

Demeure bien sûr la question de sécurité. “ Le siège base a été installé mieux bas et un vélo est rendormi pour avoir le même épicentre de gravité qu’un vélo classique” , fait avoir Pony. Ce vélo long tail se situerait donc “très maniable”. Tout en supportant 250 kilos de responsabilité. Le passager base, lui, dispose d’un siège rembourré, d’un petit guidon et cale-pieds.

D’autres “Double Pony” sont déjà sous production, annonce cette firme qui pense bientôt louer les tandems électriques avec d’autres villes, particulièrement à Paris.

À CONSULTER AUSSI: Slow séjour: 4 escapades dans vélo en France

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes