La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Groupe Up : la première coopérative de France veut se ré-ancrer dans l’ESS

https://www.mediatico.fr/wp-content/uploads/2022/06/maxresdefault-6.jpg
maxresdefault 6

Nouvelles offres, nouveau directeur général et retour en force dans l’économie sociale et solidaire : 2022 ressemble presque à une nouvelle ère pour le Groupe Up (ex-Groupe Chèque Déjeuner). Première coopérative de France par la taille, le groupe de 2.600 salariés vient en effet d’annoncer des chiffres très positifs au titre de l’année 2021, qui lui permettent d’envisager l’avenir plus sereinement et d’investir pour développer ses outils traditionnels : les titres prépayés, qui permettent de déjeuner le midi ou de faire ses achats culturels.

Julien Anglade, son nouveau directeur général nommé voilà six mois, a détaillé pour Mediatico les chiffres d’activité 2021 : le groupe coopératif a enregistré un bénéfice net de 48 millions d’euros et un EBITDA de 80 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 566 millions d’euros, en hausse de 6%. Quant au volume d’émission de titres prépayés, il a progressé de 8% pour atteindre 8,1 milliards d’euros, pour l’essentiel à l’international puisque la France ne représente plus aujourd’hui que 30% de son activité, contre 90% voilà dix ans.

À côté de ses titres restaurants emblématiques, le Groupe Up dispose à présent d’une gamme de produits diversifiée autour de ce qu’il appelle les “achats fléchés” : sa gamme UpCadhoc pour les cartes cadeaux, mais aussi des chèques service, ou encore des titres prépayés à destination des réfugiés en réponse à une commande gouvernementale. Les Ukrainiens arrivés en France depuis le début de la guerre en Ukraine se voient ainsi proposer la carte “UpCohésia”.

Transformation digitale et retour à l’ESS

Enfin, la coopérative à investi plus de 30 millions d’euros pour « continuer la transformation numérique et digitale du groupe », indique Julien Anglade. Après l’acquisition du belge Hexeko, le Groupe Up lance cette année un service baptisé “UpOne”, présenté comme « une carte multi-benefits », où tous les produits prépayés du groupe pourront être rassemblées sur une seule et même carte, précise le directeur général. L’activité dématérialisée du Groupe Up représente aujourd’hui près de 63 % de son activité. L’entreprise revendique près de 23 millions de cartes en circulation et 345 millions de transactions en 2021.

Surtout, Julien Anglade concède la nécessité d’un retour aux sources de la coopérative et de son ré-ancrage dans l’économie sociale et solidaire. Depuis dix ans, son développement rapide à l’international, la tentative d’extension du statut coopératif aux filiales, les opérations de croissance externe, mais aussi les difficultés de gouvernance et les restructurations qui en ont découlé, “avaient éloigné le Groupe Up de l’économie sociale et solidaire”, reconnaît Julien Anglade.

L’heure est au changement, et même au “ré-ancrage” : Youssef Achour, président du Groupe Up – qui a souhaité dissocier les fonctions de président et de directeur général au sein de la coopérative – s’est présenté et vient d’être élu président de la CRESS Île-de-France, la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de sa région. Pour renouer avec son écosystème.

Partagez cet article

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :