fbpx

Incendie de data centers OVH à Strasbourg, où en est-on 7 jours après ?

https://www.faceaurisque.com/wp-content/uploads/2021/03/Incendie-data-centers-OVH-Strasbourg-capture-Youtube-StrasTV-images-drone-sapeurs-pompiers-du-Bas-Rhin.jpg

« Quand les pompiers sont intervenus, une dizaine ou une quinzaine de minutes après le départ des alertes, ils ont filmé avec des caméras thermiques. Ils ont vu deux équipements en feu. Sur l’un de ces deux onduleurs, il y a avait eu une opération dans la matinée (du mardi 9 mars). Dans l’après-midi, ils ont remis le routeur en marche est tout semblait bien fonctionner. Dans la nuit, il y a eu l’incendie. »

L’intéressé a par la suite ajouté que les images des 300 caméras de surveillance en place sur les data centers OVH de Strasbourg seraient analysées pour vérifier si cette opération de maintenance est bien la cause de l’incendie. « L’origine de cet incendie est en cours d’étude et une procédure d’investigation mandatée par les autorités est lancée » confirme OVH sur son site internet.

Lors de l’élaboration d’un récent article intitulé « Protection incendie, quel avenir dans les data centers ? », publié dans le n°570 de Face au Risque (mars 2021), nos interlocuteurs nous ont fait savoir que les opérations de maintenance étaient – dans la très grande majorité des cas – les raisons d’un départ de feu dans un data center.

La détection incendie a fonctionné… Quid des moyens d’extinction ?

Toujours dans cette vidéo, Octave Klaba confie que les moyens de détection ont bien fonctionné.

« À 0h47, nous avons eu les premières alertes des détecteurs. Les techniciens qui étaient sur place sont intervenus en quelques dizaines de secondes sur les différentes salles où il y avait des alertes. Ils ont immédiatement vu énormément de fumée. Au bout d’une ou deux minutes, ils ont pris la décision de quitter le data center parce que c’était devenu trop dangereux à l’intérieur. »

Qu’en est-il concernant les moyens d’extinction ? Le bâtiment était-il équipé d’un système par eau (sprinkleur) ou par gaz, qui sont les deux solutions les plus répandues aujourd’hui pour assurer la protection incendie dans les data centers ?

Si l’on en croit les informations relayées par Le Journal du Net, aucune de ces solutions n’avait été retenue… Ni même celle d’un système par air appauvri, qui tente de se faire une place parmi les moyens de protection dans ce type d’installation.

Le média précise ainsi que  « (si) des exercices anti-incendie y sont réalisés tous les 6 mois (…) une certitude demeure : les centres de données d’OVHCloud à Strasbourg ne sont pas dotés de réseaux d’extinction. Ils ne sont pas équipés de gicleurs d’eau comme c’est le cas dans les datacenters d’OVHCloud à Beauharnois au Canada, ni de brumisateurs haute pression  ni de gaz inerte, à l’instar de la plupart des datacenters du marché ».

Dans la vidéo du 11 mars, le président d’OVH confie que SBG2 repose sur une technologie qui remonte à 2011 (une tour autoventilée qui fonctionne par la différence de pression entre le haut et le bas de l’édifice)… Quand SBG3 repose sur une technologie de 2016, qui lui a permis d’éviter les flammes. Comme SBG3, SBG 4 a également été épargné par cet incendie.

S’excusant au passage pour les dégâts occasionnés pour ses clients, Octave Klaba conclut en affirmant que : « s’il y a des choses à changer dans nos data centers, et il y en a, c’est évident, et bien nous allons les changer. Nous allons opérer les changements pour faire en sorte que ce type d’incident n’arrive plus jamais. »

Les conséquences

Cet incendie, qui a détruit SBG2 et endommagé une partie de SBG 1 (4 salles sur 12 détruites), a eu des conséquences pour des milliers de clients de OVH. Au total, 3,5 millions de sites internet ont été impactés par cet incendie survenu dans les data centers OVH de Strasbourg.

Une large partie de l’Europe a notamment été touchée puisque des sites français, espagnols, anglais, allemand ou encore turcs n’étaient plus opérationnels à compter du mercredi 10 mars.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes