fbpx

Incendies en Sibérie : les cendres sont en train d’atteindre le pôle Nord

https://www.novethic.fr/fileadmin/sakha-Russie-Siberie-Incendie-Nasa-Earth-Observatory.jpg

Publié le 10 août 2021

ENVIRONNEMENT

C’est une première, de mémoire d’experts de la Nasa. Les cendres des incendies géants qui ravagent en toute liberté la Sibérie ont parcouru des milliers de kilomètres pour atteindre le pôle Nord. Un périple qui donne l’idée de l’enjeu mondial de ces feux qui ravagent actuellement de nombreux lieux sur la planète.

Le monde a les yeux rivés sur les incendies en train de ravager la Californie, la Grèce et la Turquie. Mais comme chaque année, au fin fond du Nord de la Russie, la Sibérie aussi est en feu. Et le brasier prend des dimensions inédites. Pour la première fois depuis que ces phénomènes sont observés, la fumée a atteint le pôle Nord d’après les observations spatiales de la Nasa. L’une des régions les plus touchées est la Lakoutie, un territoire immense et très peu peuplé du nord de la Sibérie, où la situation “continue de s’aggraver avec une tendance à la hausse du nombre et de la superficie des feux de forêt“, a relevé sur son site Internet l’agence météo russe Rosguidromet.

Selon elle, plus de 3,4 millions d’hectares de forêts y brûlent actuellement, y compris sur des territoires difficiles d’accès et éloignés. “Une épaisse fumée s’étend sur de vastes zones“, a-t-elle précisé. L’agence spatiale américaine, la Nasa, a de son côté rapporté dans un communiqué que la fumée due aux incendies avait “traversé plus de 3 000 kilomètres pour atteindre le pôle Nord, ce qui semble être une première dans l’histoire documentée“.

Ignorer les incendies

Selon elle, une “fumée épaisse et âcre émise par les feux de forêt a recouvert le 6 août la majeure partie de la Russie“, photographiée par les satellites. Au cours d’une visite sur place fin juillet, les pompiers et les autorités locales avaient expliqué à l’AFP manquer d’hommes, d’équipements et d’autres ressources pour faire face à l’ampleur des incendies. Les écologistes mettent en cause la politique russe de lutte contre les feux de forêt, et notamment un décret gouvernemental de 2015 permettant aux autorités locales d’ignorer des incendies si le coût pour les éteindre dépasse les dommages estimés. Selon Alexeï Iarochenko, un spécialiste de la question chez Greenpeace Russie, les incendies ont déjà ravagé 14,96 millions d’hectares dans ce pays depuis le 1er janvier, la pire année après 2012.

La nouvelle intervient alors que, lundi 9 août, les experts de l’ONU sur le climat (Giec) ont publié un rapport dans lequel ils affirment que l’humanité est “indiscutablement” responsable des dérèglements climatiques et n’a d’autre choix que de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, si elle veut en limiter les dégâts. Ce type de grand incendie dans le nord de la Russie est aggravé par le réchauffement. Le brasier relâche pour sa part de grande quantité de CO2, aggravant l’effet de serre, inscrivant le monde dans un cercle vicieux.

Ludovic Dupin avec AFP

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article