fbpx

Juillet 2021, le mois le plus chaud enregistré sur Terre

https://www.novethic.fr/fileadmin/Temperature-chaleur-italie-Antonio-Masiello-GETTY-IMAGES-EUROPE-Getty-Images-via-AFP.jpg

Publié le 20 août 2021

ENVIRONNEMENT

Depuis 142 ans que les températures sont enregistrées sur la planète, jamais les humains n’avaient mesuré un mois aussi chaud que celui de juillet 2021. C’est surtout l’hémisphère Nord qui a été touché avec un mercure 1,54°C au-dessus de la moyenne. Le record absolu de température sur un point du globe a même été dépassé, atteignant plus de 80°C.

Les Français métropolitains n’ont pas vraiment ressenti cet effet en juillet 2021. La grisaille et la pluie ont donné aux Français une impression de mauvais temps et les ont forcés à sortir les coupe-vent et les pulls. En réalité, selon Météo France, les températures dans l’Hexagone n’ont été que de 0,1°C inférieures aux normales saisonnières, mais avec d’importantes disparités régionales. Pourtant au même moment, le monde a enregistré son mois le plus chaud depuis 142 ans selon l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA). C’est-à-dire depuis que ces mesures sont enregistrées.

Rick Spinrad, Président de la NOAA, alerte : “Le mois de juillet est généralement le mois le plus chaud de l’année, mais juillet 2021 s’est surpassé, devenant le mois de juillet et le mois tout court le plus chaud jamais enregistré“. “Ce nouveau record accentue la trajectoire inquiétante et perturbante sur laquelle le changement climatique a mis le globe“, ajoute-t-il alors que, début août, les experts du climat à l’ONU, le GIEC, ont publié leur nouveau et alarmant rapport.

Graph temp juillet 2021

80°C dans le désert

Ainsi si la température globale à la surface de la planète a été plus élevée de seulement de 0,01°C par rapport aux précédents mois de juillet le plus chaud, à savoir en 2016, 2019 et 2020, elle était de 0,93°C au-dessus de la moyenne des températures au 20ème siècle. C’est en particulier l’hémisphère Nord qui a tiré le mercure vers le haut. La température enregistrée à la surface des continents a été  de 1,54°C au-dessus de la moyenne, surpassant le précédent record de 2012.

Durant cette période, les records absolus de températures extrêmes sur Terre se sont multipliés. Ainsi, la plus haute température jamais enregistrée sur un continent a été battue de 10°C, avec plus de 80°C mesuré dans le désert de Lout en Iran et dans le désert de Sonora au Mexique. L’Europe a également battu son record avec 48,8°C en Sicile. Quant au Canada, qui a connu un dôme de chaleur inédit au début de l’été, le thermomètre y a grimpé jusqu’à 49,6°C dans la ville de Lyton.

Enfin, le plus inquiétant vient peut-être du Groenland où dans le nord du territoire le mercure à dépasser les 20°C, soit 10°C de plus que la normale. Cela a entraîné d’importantes fontes de la glace jusqu’à huit milliards de tonnes chaque jour, soit le double de la normale en période estivale. De quoi avoir un impact mesurable à terme sur la montée des eaux.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article