La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

Juillet 2022

ch202008 smlLe mois de juillet est généralement celui pendant lequel les commerciaux, consultants, chercheurs d’emploi, candidats à de nouveaux postes sont condamnés à courir comme des lapins, au sens figuré s’entend. Car c’est en juillet que les clients, prospects, recruteurs, DRH et autres s’empressent de finaliser leurs cahiers des charges et listes d’exigences pour partir tranquilles en vacances, avant de retrouver une ample moisson de propositions commerciales, devis, réponses à appels d’offres et candidatures à leur retour.

Évidemment, que ce soit par manque d’organisation, d’anticipation, par procrastination ou tout simplement par manque de temps, la plupart de ces annonces, appels d’offres ou postes offerts ne seront postés que dans les derniers jours du mois de juillet. Ceci condamne les commerciaux, consultants, chercheurs d’emploi, candidats à de nouveaux postes déjà cités à courir comme des lapins ou à rogner sur leur précieux temps de vacance du tout début août pour répondre dans les délais et/ou se débarrasser de ces corvées pour enfin profiter des vacances, comme les autres.

Bien entendu, au retour de vacances des clients, prospects, recruteurs, DRH et autres, ceux-ci auront d’autres priorités que de se plonger immédiatement dans l’évaluation des propositions commerciales, devis, réponses à appels d’offres et candidatures. Parmi ces top priorités figure le récit de ses fabuleuses vacances aux collègues et l’établissement du palmarès confidentiel des vacances les plus pourries.

Ce qui fait que commerciaux, consultants, chercheurs d’emploi, candidats à de nouveaux postes déjà cités à deux reprises (vous suivez ?) que l’on a fait courir comme des lapins (également déjà cités) se rongent les sangs à s’interroger si leurs précieux documents et messages ont bien atteint leurs destinataires et si ceux-ci sont encore en méditation profonde sur leur contenu ou les ont déjà écartés sans avoir la courtoisie de faire une réponse aux expéditeurs.

Sachant enfin que les projets, affaires ou postes à pourvoir ne pourront démarrer au mieux qu’après que toute l’entreprise se soit racontée ses vacances, se soit péniblement remise au travail, que la prévention de la septième ou huitième vague de COVID-19 soit correctement organisée et que la rentrée scolaire soit passée on se retrouve facilement à fin octobre ou début novembre, période d’établissement des budgets.

Et devinez quoi ? Les commerciaux, consultants, chercheurs d’emploi, candidats à de nouveaux postes n’ont plus qu’à revoir leur copie pour qu’elle cadre avec de nouvelles exigences, pour des projets qui mourront avant d’avoir vécus, le 1er janvier suivant.

Que celles et ceux qui n’ont rien vécu de tout cela me jettent la première serviette de plage.


Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article