fbpx

Kering et L’Oréal en tête du classement du BCG sur la performance sociétale

https://www.novethic.fr/fileadmin/entreprise-neutralite-iStock-metamorworks.jpg

Publié le 29 octobre 2021

ENTREPRISES RESPONSABLES

Le Boston Consulting Group (BCG) publie son “indice de l’engagement sociétal” (IES) des entreprises du Cac40 qui mesure et compare leurs performances climatiques et sociales. La perspective de la COP26 a accéléré les engagements des grandes entreprises françaises, estime le BCG, qui constate une progression de l’ensemble des notes moyennes de son indicateur.

“Du côté des entreprises, nous pouvons dire que la COP 26 est déjà un succès car elles multiplient les engagements et en particulier depuis les 12 derniers mois”, se réjouit Michel Frédeau, directeur associé du Boston Consulting Group (BCG). À quelques jours du lancement de la COP 26, le BCG publie son “indice de l’engagement sociétal” (IES) des entreprises du Cac 40. Cette donnée mesure et compare les performances climatiques et sociales des plus grandes sociétés cotées en France, à partir des documents publiés par les entreprises. Kering obtient ainsi la meilleure note, suivi de L’Oréal, Danone, Capgemini, Schneider Electric et Legrand.

Les notes moyennes ont progressé car les entreprises prennent davantage en compte le long terme“, estime Matthieu Ménégaux, directeur de Brighthouse – l’entité du BCG dédiée à la raison d’être des entreprises. Ainsi, la note moyenne de l’édition 2021 (obtenue à partir des données de 2019) s’établit à 55/100 contre 48/100 un an plus tôt. Ces résultats proviennent d’un outil d’Intelligence Artificielle qui a analysé plus d’un million de documents publiés par les sociétés. Ces calculs concluent que l’indicateur qui a le plus progressé est celui qui mesure les actions visant les employés alors que celui qui quantifie les actions en faveur des clients affiche, à l’inverse, une régression. Du côté des secteurs, celui des biens et service de consommation prend la tête du classement suivi de la santé et l’énergie.

Matthieu Ménégaux qui a piloté l’étude note une plus grande prise en compte des performances extra-financières de la part des sociétés. Les grandes entreprises sont en effet acculées au changement de toutes parts. “Il y a une injonction forte des consommateurs et des salariés mais aussi de la finance qui incite les entreprises à prendre en compte les enjeux climatiques et sociaux“, précise l’expert. Désormais, 74% des entreprises du CAC 40 intègrent des indicateurs extra-financiers lorsqu’ils présentent leurs résultats annuels, souligne le BCG. Par exemple, Kering a créé l’EP&L (Compte de Résultat Environnemental) pour mesurer et réduire, tout au long de la chaîne d’approvisionnement, l’ensemble des impacts environnementaux du groupe. Quant à Danone, il a ajusté son bénéfice net par action (BNPA) courant au coût carbone et Schneider Electric vise 80% de revenus verts d’ici à 2025 et indexe la rémunération de 60 000 collaborateurs à l’atteinte d’objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Un niveau d’investissement insuffisant

Un autre classement récemment publié démontre également que les indicateurs sont au vert pour les entreprises françaises cotées, à l’approche de cette COP. Elles se classent en effet parmi les meilleures élèves de l’Euro Stoxx 50 en matière de performance climat, selon l’étude annuelle d’EcoAct. En 2021, près de 76% des entreprises françaises se sont engagées à ne plus émettre de gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2050 alors qu’en 2019, la société de conseil en stratégie de réduction des émissions de carbone déplorait l’absence “de stratégie de neutralité carbone pour 82% des entreprises“.

La COP26 force les grandes entreprises et leurs parties prenantes à prendre des engagements (…) en France on est dans un bon contexte“, estime ainsi Michel Frédeau, directeur associé du BCG. Toutefois, le niveau d’investissement pour assurer le scénario à +1,5°C  est encore insuffisant, souligne-t-il. En moyenne, 600 milliards d’euros par an sont investis alors que 3500 milliards seraient nécessaires pour lutter contre le changement climatique. Les annonces de la COP26 ne devraient pas permettre de rattraper ce retard. 

Mathilde Golla, @Mathgolla

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article