La COBEL Academy propose des Webinaires & Master Class

La BnF célèbre le bicentenaire de la Société de géographie



Creative Commons - Pixabay

Creative Commons – Pixabay

Pas un anniversaire tout rond, mais quand il s’agit de deux siècles on ne va pas chipoter. La BnF communique autour d’une exposition exceptionnelle consacrée au bicentenaire de la Société de géographie. Il y a 200 pièces exposées à cette occasion. « Fondée à Paris le 15 décembre 1821, la Société de géographie est un acteur majeur dans l’encouragement aux voyages de découvertes et la diffusion des connaissances géographiques. Tout au long du siècle elle accompagne les explorateurs, dirige leurs travaux et publie leurs résultats. À travers la présentation de carnets de notes et de croquis, cartes et photographies, instruments de mesure, objets et spécimens collectés sur le terrain, le parcours proposé aux visiteurs met particulièrement en valeur toutes les figures – femmes exploratrices, guides, interprètes, etc. – qui ont été les actrices et acteurs invisibles dans le récit et l’iconographie officiels de l’exploration européenne. Organisée en trois temps, la préparation savante, les pratiques de terrain, la mise en récit et en images au retour du voyageur, l’exposition offre aux visiteurs un nouveau regard sur l’exploration » explique la Bibliothèque nationale de France par communiqué. 

 

C’est un pan de notre histoire fondamental qui est ainsi mis en valeur avec des pièces qui évoquent des découvertes et des missions clés dans l’avancée de notre savoir. « L’exploration fut, pour les Européens du XIXe siècle, un horizon d’attente aux enjeux multiples : faire avancer les connaissances géographiques, nourrir des savoirs comme l’anthropologie ou l’archéologie, mais également évaluer les richesses exploitables, à l’heure de l’expansion des empires coloniaux. Dans l’histoire de la rencontre des Européens avec le reste du monde, la figure de l’explorateur est au centre d’un récit héroïque, diffusé par la littérature d’aventure, l’imagerie populaire et, plus tard, par le cinéma. À cette époque se construit une mythologie de l’exploration fondée sur plusieurs idées reçues : la figure de l’explorateur, voyageur solitaire, seul collecteur et créateur de savoirs, le fantasme de territoires explorés vierges de toute histoire et de tout habitant, le rêve d’une connaissance intégrale, objective et désintéressée, de tous les «ailleurs» géographiques » lit-on plus loin.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article