fbpx

La Caserne, nouvel écrin de la mode durable parisien

Derrière les hauts murs d’une ancienne caserne de pompiers règne une douce agitation. Mais, ici, pas d’uniformes, de camions ni de lances à incendie. Les nouveaux résidents manient les ciseaux et la machine à coudre, dans un style décontracté.

“La Caserne”, c’est son nom, se veut le premier incubateur européen de mode durable. Une pépinière installée à Château-Landon, dans le 10e arrondissement de Paris. Son ouverture au public est imminente : elle aura lieu cette semaine, du 23 au 26 septembre, à l’occasion du Conscious Festival, dont WE DEMAIN est partenaire. Avant son inauguration officielle fin octobre.

Le début d’une nouvelle vie donc pour cette caserne de 1877 tombée à l’abandon depuis quinze ans. C’est la mairie de Paris qui impulse sa mutation en 2019. Objectif : faire de ces 4000 mètres carrés un centre névralgique de la slow fashion, autant pour les professionnels que pour le grand public. Une idée bienvenue quand on sait que la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde.

Mode durable et “heureuse”

Expositions de vêtements de Woolmark. (Crédit : Casablanca and Thebe)

“L’idée est née d’un constat. Du coté des jeunes créateurs, il y a une volonté de produire plus responsable, mais peu de temps pour s’y consacrer. Avec cet incubateur, on souhaite les accompagner pour rendre leur transformation moins pénible, plus heureuse”, explique Maeva Bessis, directrice générale des lieux, et ex-fondatrice du concept store parisien L’Exception.

Les trente premières marques hébergées ont donc été finement sélectionnées, en prenant en compte leur motivation et leur “désirabilité” auprès du public. Parmi elles, citons par exemple Le Slip français, la plus grosse start-up de la promotion; Benjamin Benmoyal, qui tisse ses vêtements à partir d’anciennes pistes de K7 audio; ou Salut Beauté, qui utilise des chutes de tissu.

Concrètement, ces marques vont bénéficier pendant trois ans de 400 heures de formation sur la mode durable. Elle auront aussi accès à un showroom de matières durables : “Essentiel car 7O % de l’impact écologique d’un vêtement est lié au choix de la matière”, poursuit Maeva Bessis. Elles disposeront aussi d’un Fablab pour tester la durabilité de leurs produits, d’un atelier partagé, d’un studio photo…

Le tout dans un écrin rénové lui aussi dans un esprit éco-responsable, en ajoutant un minimum de matières, et avec des meubles de seconde main. De quoi sublimer ses pierres de tailles, ses verrières et grands escaliers de bois brut.

À lire aussi : J’ai testé l’appli ClearFashion, le Yuka de la mode

Créer un réseau et un lieu d’échange

Un projet financé à 90 % par le fonds d’investissement Impala de l’homme d’affaire Jacques Veyrat, mais aussi soutenu par la région Ile-de-France et des partenaires de taille comme le groupe Kering ou la marque Aigle. 

“On souhaite créer tout un réseau pour que les grandes marques échangent avec les jeunes créateurs, qu’elles leur apporte leur expertise”. Kering mettra par exemple à disposition des résidents, en open source, un outil de mesure d’impact de la mode.

Les résidents disposeront notamment d’une bibliothèque de matières durables. (Crédit : Nona Source)

Enfin, ce nouveau temple textile durable se veut tourné vers les consommateurs. “On sait qu’il y a de leur part une volonté d’en savoir plus sur les conditions de production. Nous allons donc organiser de nombreux événements pour sensibiliser le grand public à son pouvoir d’action sur la mode, et plus largement sur la transition écologique“, poursuit Maeva Bessis.

Ce sera notamment le cas lors du Conscious festival, qui accueillera un marché de créateurs, mais aussi des conférences, des débats et des ateliers pratiques. Par la suite, un restaurant végétarien et zéro déchet, un rooftop végétalisé et une salle de concert seront aussi ouverts au public toute l’année pour de nombreuses festivités. Un clin d’oeil au traditionnel bal des pompiers.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article