fbpx

La difficile conciliation entre parentalité et vie professionnelle des salariés

Pression sociale, contraintes organisationnelles, intensification des rythmes de travail, focus sur la double vie des salariés-parents.

La conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle est devenue un sujet de préoccupation majeur pour les salariés, notamment avec la crise sanitaire où les parents ont dû s’investir bien plus que d’habitude dans l’éducation de leurs enfants. La reconnaissance du rôle éducatif majeur des parents, et de la nécessité de le concilier avec leurs obligations professionnelles peut être à l’origine d’actions en faveur de leur équilibre de vie, notamment au niveau des entreprises.

Tenir compte des aspirations à la fois professionnelles et personnelles des équipes et de l’équilibre des temps de vie permet de réduire la fatigue et le stress, mais également de renforcer la créativité et la coopération harmonieuse. Et des salariés en meilleure santé est gage de performance au quotidien.

Nous allons explorer dans cet article les difficultés rencontrées au quotidien par les salariés-parents dans l’organisation et l’aménagement de leur temps de travail, et en quoi cela pâtit sur la productivité et la performance de l’entreprise. Les mesures possibles à mettre en place à l’échelle des entreprises pour accompagner la parentalité de leurs employés feront l’objet d’un prochain article.

Concilier parentalité et vie professionnelle : les contraintes sociales

Avec un taux d’activité de 80 % pour les mères et de 90 % pour les pères, la majorité des salariés concilie au quotidien vie professionnelle et responsabilités éducatives. Un défi qui s’inscrit dans un contexte de forte pression sociale.

La “charge mentale” des femmes

Comme l’explique un rapport du Céreq publié en janvier 2020, les femmes sont plus diplômées que les hommes, et pourtant, l’accès aux fonctions de manager reste plus difficile pour les femmes. “Sept ans après avoir quitté le système éducatif, la proportion de femmes diminue à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie des professions : elles représentent près de 55% des sortant·es de l’enseignement supérieur en 2010, mais seulement 40% des managers en 2017”. Si cet écart s’explique en partie par la persistance de stéréotypes de genre, et de discriminations, notamment lorsque la femme est en âge d’avoir des enfants, il tient aussi à la difficulté des femmes de concilier travail et vie personnelle.

En effet, malgré une amélioration progressive de la répartition des tâches dans les foyers, les femmes restent bien souvent celles qui doivent gérer les problématiques familiales, et composer entre cette “charge mentale” et leur vie professionnelle. Une situation difficilement compatible avec un monde du travail qui continue à pratiquer une approche quantitative et productiviste du management.

Cette bi-activité induit une pression forte en matière d’éducation des enfants, notamment pour les femmes : selon une étude du Ministère du Travail, en moyenne les mères passent plus de temps avec leur enfant, y consacrant les trois quarts de leur temps disponible contre moins de 60 % pour les pères. Les mères en emploi accordent ainsi en moyenne 1h10 de temps supplémentaire quotidien à leurs enfants de moins de 3 ans par rapport aux pères.

D’une manière générale, les femmes tendent aussi à intégrer cette contrainte et à mettre leur carrière de côté pour leur vie familiale. “L’une des principales entraves à leur carrière est qu’elles pensent devoir faire des choix et suivre un parcours professionnel spécifique si elles veulent accéder à des postes de management. Ce qui implique également qu’elles pensent devoir choisir entre leur famille et leur carrière”, explique la Harvard Business Review.  

L’impact sur la vie professionnelle et le cliché de l’homme carriériste

Un rapport de l’UNAF (Union nationale des associations familiales) fait émerger que 47 % des pères déplorent de passer trop peu de temps avec leurs enfants, attribuant la cause de ce manque de temps à leur activité professionnelle.

Une étude menée conjointement par l’ORSE et Goods To Know apporte des éléments de compréhension. Elle souligne que seulement 7 hommes sur 10 rapportent pouvoir prendre leurs congés et RTT sans subir de conséquences négatives sur leur vie professionnelle. De la même manière, la rémunération et l’impact sur la carrière sont les deux principaux critères de renoncement au temps partiel ou au congé parental d’éducation.

Il est d’ailleurs intéressant de souligner que les femmes sont beaucoup plus pessimistes quant aux conséquences négatives d’un temps partiel sur la carrière des hommes, soit parce qu’elles en ont fait elles même l’expérience, soit parce qu’elles ont intériorisé le stéréotype de l’homme carriériste, plus affecté par un temps partiel qu’une femme moins ambitieuse.

De même, les femmes affirment prendre davantage de congé enfant malade que leur conjoint, à 70 %. Les conséquences négatives sur la carrière sont une nouvelle fois une raison majeure invoquée par un quart des hommes répondants, et une raison surestimée par les femmes (59%).

Selon le rapport de l’UNAF, 56% des pères ont le sentiment que leur rôle est moins reconnu par la société que celui de la mère. Les stéréotypes sont encore bien ancrés…

L’intensification du rythme de travail

Au cours de ces dernières années, on note également que les contraintes sur le rythme de travail se sont accrues chez les salariés. Une hausse notamment liée au rythme accru des changements organisationnels et à la plus grande insécurité de l’emploi ressentie par les salariés.

Selon cette étude de la Dares, le rythme de travail est en effet de plus en plus contraint : la proportion de salariés dont le rythme de travail est déterminé simultanément par au moins trois contraintes (hors contrôle ou suivi informatisé) a augmenté de 6 % en 1984 à 35 % en 2013. Ces contraintes rencontrées et cumulées par un tiers des salariés sont essentiellement :

  • de type marchand : avoir son rythme de travail contraint par une demande extérieure – clients, public – obligeant à une réponse immédiate
  • de type industriel : avoir son rythme de travail contraint par le déplacement automatique d’un produit ou d’une
    pièce, par la cadence automatique d’une machine
  • d’ordre plus général : avoir son rythme de travail contraint par des normes ou des délais à respecter en une journée au plus

Il s’agit de faire plus et plus vite dans la même période de temps, de s’adapter à des méthodes de travail
et des activités nouvelles plus fréquemment dans un climat de concurrence accrue.

Cette accélération des rythmes de travail est aussi indéniablement corrélée à la numérisation de l’économie et
du monde du travail avec les outils de communication connectés (smartphones, ordinateurs personnels…). Il est désormais possible d’être connecté en permanence, dans et hors des murs de l’entreprise. Un atout pour offrir plus de souplesse dans l’organisation du travail mais aussi un risque de brouiller les frontières entre le temps de travail et la vie privée et générer des impacts négatifs en termes de santé psychosociale et de qualité de vie.

C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’a été introduit en 2016 dans le code du travail le “droit à la déconnexion” pour faire prendre conscience de l’impact de ces nouveaux outils.

Les contraintes organisationnelles, des limites supplémentaires dans l’arbitrage pro/perso

La répartition des temps de travail et des temps familiaux est également rendue difficile par des contraintes d’ordre organisationnel.

Une culture du présentéisme qui nuit à la productivité et à l’engagement des salariés

La culture du présentéisme a encore la vie dure en France. Environ 35% des personnes interrogées estiment qu’il serait mal perçu de quitter le travail avant le reste de l’équipe. Par ailleurs, 26% des femmes et 28,3% des hommes déclarent être affectés par les disponibilités exigées par leur manager rapporte l’étude ORSE/Goods To Know.

Cette culture des horaires à rallonge est forte au point qu’un employé sur cinq avoue travailler sur des tâches personnelles pour faire passer le temps au bureau selon une enquête menée par le site de recherche d’emploi Glassdor. Imposer des horaires fixes et une organisation du travail rigide aurait donc plutôt tendance à pénaliser les salariés et ne serait même pas gage de performance pour l’entreprise.

Un phénomène qui doit être mis en perspective avec le temps passé dans les transports qui, là encore, impacte directement la productivité et l’engagement des salariés. Du moins à en croire cette étude de ParisWorkPlace datant de 2018 : 49% des salariés franciliens estiment que leurs trajets domicile-travail sont “désagréables”. Un jugement qui dépend peu du moyen de transport utilisé (47% de notes négatives pour le bus, 55% pour le RER ou le train, 54% pour la voiture individuelle) mais plutôt du temps effectif de transport. En effet, 29% des personnes ayant moins de 40 minutes de déplacement entre leur domicile et leur travail juge celui-ci désagréable, contre 75% parmi ceux qui y passent plus de 60 minutes, ce qui se ressent sur le bien-être au travail.

Par ailleurs, ceux qui passent le plus de temps dans les transports travaillent en moyenne 16 minutes de moins par jour. A la fin de l’année, cela fait un écart de 8 jours de production… Un impact sur la productivité mais aussi sur l’engagement des salariés puisque 48% de ceux ayant moins de 20 minutes de transport se voient rester dans l’entreprise pendant au moins 5 ans, ils ne sont que 37% parmi ceux qui perdent plus de 60 minutes à chaque trajet.

L’implication des parents dans la vie de leurs enfants

Avec des journées d’école qui se terminent à 15 heures ou 16 heures, des enfants en vacances tous les deux mois, des devoirs à la maison… les parents d’enfants scolarisés doivent sans cesse jongler au quotidien entre leur vie professionnelle et leur vie familiale. Les responsabilités éducatives sont souvent une source de stress et de fatigue pour les salariés-parents analyse l’observatoire de la qualité de vie au travail.

La pression est d’autant plus forte que la scolarité est de plus en plus perçue comme un parcours d’obstacles où la compétition et les stratégies d’orientation sont souvent considérées comme déterminants.

De l’école maternelle au baccalauréat, les parents sont ainsi mobilisés pendant une quinzaine d’années pour le suivi et l’accompagnement de la scolarité de leurs enfants, et ce d’autant plus avec l’émergence du principe de coéducation. Prôné par la loi d’orientation et de programmation pour la Refondation de l’école de la République de 2013, ce principe vise à tranformer la relation entre l’école et les parents en les impliquant davantage dans l’action éducative.

L’école devient en effet, pour les parents, le meilleur moyen de se doter d’un capital scolaire à même de faciliter l’accès au marché du travail : en France, la réussite éducative et le diplôme sont souvent indispensables pour viser une carrière professionnelle. Les parents s’investissent donc beaucoup dans l’éducation de leurs enfants, qu’il s’agisse du temps qu’ils passent avec eux pour les devoirs mais aussi du recours de plus en plus important aux solutions ’accompagnement scolaire (cours en ligne ou à domicile, stages de révision, nouvelles formes de pédagogie…).

Sans compter qu’au-delà du temps scolaire et du suivi des devoirs, notamment au primaire et au collège, s’ajoute la gestion des activités extrascolaires sportives ou culturelles. Elles représentent pour les parents un véritable levier éducatif, complémentaire de la scolarité : elles apportent en effet aux enfants une source d’ouverture, de culture et d’épanouissement…

Le rôle des parents est aussi d’accompagner leurs enfants dans les étapes de leur croissance. L’arrivée de l’adolescence peut alors être une source de stress supplémentaire.

Le passage de l’enfance à l’âge adulte, avec son lot de changements psychologiques et physiologiques, se traduit souvent chez l’adolescent par des comportements conflictuels et un rejet de l’autorité parentale. Cette recherche de repères nécessite de la part des parents écoute, tact et fermeté afin d’éviter que les conflits ne dégénèrent. Pendant cette période, les parents sont amenés bien souvent à revoir leur cadre éducatif et doivent généralement repenser leur organisation quotidienne pour dégager du temps et être plus présents à la maison. Leur disponibilité professionnelle et leur travail peuvent en pâtir.

“La période de confinement a exacerbé les difficultés existantes”

Confinés en télétravail, les salariés-parents ont dû gérer de front pendant cette période particulière leurs activités professionnelles et leurs responsabilités éducatives dans un contexte d’école à la maison.

Organiser les devoirs des enfants et les cours à distance sans forcément disposer d’un ordinateur pour tous, prévoir les repas en l’absence de cantines… Cette période a exacerbé les difficultés existantes d’après ce rapport de l’UNAF.

Dans les entreprises, les équipes de Ressources Humaines et de la Qualité de Vie au Travail ont mis en place des actions concrètes pour accompagner les salariés-parents, notamment en termes de souplesse dans l’organisation du travail pour les aider à s’organiser en tenant compte de leurs contraintes familiales.

Ces confinements successifs ont permis de mettre en lumière le rôle des parents dans la scolarité de leurs enfants et incitent à un aménagement plus poussé des horaires et conditions de travail de la part des entreprises en faveur des salariés-parents.

Traiter de la question de la parentalité en entreprise fait aujourd’hui partie intégrante de toute démarche RSE. L’engagement de l’entreprise auprès de ses salariés-parents est primordial, pour la qualité de vie des employés et la performance de l’entreprise. On constate en effet un cercle vertueux entre, d’une part, la prise en compte de la parentalité en entreprise, et d’autre part, les progrès en termes d’égalité professionnelle femmes-hommes, de qualité de vie au travail et plus globalement de performance économique et sociale.

Toutes les bonnes pratiques pour soutenir la parentalité et la concilier avec la vie professionnelle dans un prochain article !

Photo by Jonathan Borba on Unsplash

Dans ce monde complexe qui se dessine devant nous…

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

 

Nous avons besoin de vous pour construire avec nous une information de qualité et gratuite pour tous, pour la diffuser, pour la partager autour de vous, mais aussi pour nous aider à préserver notre indépendance financière.
Chaque fois que vous contribuez par exemple à hauteur de 50 euros (17 euros après déduction fiscale), ce sont 2 000 citoyens qui sont mieux informés sur des sujets d’avenir.

 

Merci d’avance, en espérant continuer longtemps à construire avec vous une information digne de notre avenir,

L’équipe éditoriale de Youmatter.

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

Les dernières publications :