fbpx

La FFMI publie un livre blanc du désenfumage naturel –

https://www.preventica.com/images/news/revue/desenfumage-exemple.jpg

securite-incendie – Extinction

/

Le GIF, Groupement des Fabricants Installateurs de Matériel Coupe-feu et d’Évacuation des Fumées, affilié à la Fédération Française des Métiers de l’Incendie (FFMI) présente son livre blanc sur les résultats de l’étude Osmose.

Après trois années de recherche, des travaux réunissant plus de 50 experts, 113 essais in-situ à grande échelle, et plus de 400 simulations numériques, le Groupement des Fabricants Installateurs de Matériel Coupe-feu et d’Évacuation des Fumées (GIF), affilié à la Fédération Française des Métiers de l’Incendie (FFMI), présente les résultats de la première étude scientifiques qui prouve la réelle efficacité du désenfumage naturel. Elle a été menée par les laboratoires référents du domaine de la sécurité incendie : EFECTIS et le CNPP.

Ces études apportent des preuves indiscutables de l’efficience du désenfumage comme outil de sécurité incendie contribuant à la préservation des personnes et des biens. On y apprendre notamment que :

  • La présence du système de désenfumage naturel permet de garder une hauteur libre de fumée, à 2 m (hauteur d’un linteau de porte) et ce durant au moins 20 min, favorisant l’évacuation des personnes présentes et facilitant l’intervention des secours. La signalétique des issues de secours reste ainsi visible.
  • L’augmentation de la surface utile d’installation améliore l’efficacité du désenfumage naturel, et permet un dégagement plus rapide des fumées et gaz toxiques, et une meilleure visibilité dans le temps.
  • Le désenfumage naturel est plus efficace lorsque les amenées d’air sont positionnées en partie basse du local.

En savoir plus :

Pour en savoir plus ou lire la suite : Source | Lien vers l'article

|

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soyez-les premiers à diviser les accidents par 2 en 24 mois

Jours
Heures
Minutes
Secondes